Patrick Modiano, archéologue de la mémoire de Paris/ Patrick Modiano, archeologist of the memory of Paris

Dans la peau de Patrick Modiano de D. Cosnard, copyright Fayard, 2011)

Patrick Modiano, prix Nobel 2014, a un rapport particulier à Paris, quasi obsessionnel. La topographie parisienne de l’œuvre de Modiano a déjà été évoquée sur ce blog dans le billet de T. Joliveau. D’autres ressources documentaires récentes peuvent être mentionnées. Elles confirment largement ce que le billet de décembre 2014 avait déjà abordé.

Patrick Modiano, Nobel Prize 2014, has a special, almost obsessive, relationship with Paris. The Parisian topography of Modiano’s work has already been mentioned on this blog in T. Joliveau’s post. Other recent documentary resources may be mentioned. They largely confirm what the December 2014 post had already addressed..

Français English Reference

Français

Dans l’émission « Invitation au voyage » diffusée sur France 5 le Jeudi 30 mars 2017, et visible ici, le premier des sujets est consacré à « Paris, l’obsession de Modiano ». Ce court reportage commence par une interview de l’écrivaine Béatrice Commengé. Elle est l’auteur de « Le Paris de Modiano« , publié en décembre 2015 aux Editions Alexandrines dans la collection « Le Paris des écrivains » qui fait partie de la série « Une géographie littéraire de la France » de cet éditeur Pour B. Commengé, le Paris de Modiano est « un Paris onirique, imaginaire, un Paris décomposé, recomposé et réinventé ».

Le Paris de Modiano de B. Commengé, Copyright Editions Alexandrines, 2015

Le documentaire montre plusieurs des lieux de la topographie parisienne de Modiano, dont l’actuel café des Beaux Arts situé 7 quai Malaquais, non loin du 15 du même quai où Modiano résida à plusieurs reprises pendants ses jeunes années et dont B. Commengé fait le point de départ de son ouvrage.
Le reportage montre d’autres lieux du Paris de Modiano, comme le quartier de Pigalle, et notamment le théâtre Fontaine, où travailla la mère de Modiano. Dans son livre Dans le café de la jeunesse perdue, Modiano évoque largement ce quartier de Pigalle et la Place Blanche ainsi que le cinéma Le Mexico, un ancien cabaret, transformé en cinéma en 1959 et aujourd’hui disparu.

Mais le Paris de Modiano c’est aussi le 16ème arrondissement. Dans le reportage, Denis Cosnard, journaliste au Monde, auteur de Dans la peau de Patrick Modiano (Fayard, 2011) et du blog Le réseau Modiano, mentionne notamment la rue Lauriston. C’est au numéro 93 de cette rue que fut le siège de la Gestapo française pendant l’Occupation. Cette rue se trouve non loin de « la place de l’Etoile« , titre du premier roman de Modiano.

Modiano a aussi écrit sur le 18ème arrondissement de Paris, notamment dans son ouvrage « Dora Bruder« , du nom d’une jeune fille juive déportée à Auschwitz et dont Modiano recherche des archives et des personnes qui auraient pu la connaître. C’est au 41 boulevard Ornano dans ce 18ème arrondissement, que Modiano situe l’appartement où auraient habité les parents de Dora Bruder, allant jusqu’à imaginer que son propre père rencontra la jeune fille. Ce lieu se trouve juste à côté du cinéma Ornano 43, un cinéma de style Art Déco, fermé depuis 1981 mais dont la façade existe toujours aujourd’hui. En juin 2015, une promenade Dora Bruder a été inaugurée en présence de l’écrivain. Cette promenade, située entre la rue Belliard et la rue Leibniz, se trouve au-dessus des voies enterrées de la Petite Ceinture.

Comme l’évoque Denis Cosnard, pour Modiano, les lieux gardent une empreinte, une marque en creux de ceux qui les ont habités ou traversés. Et c’est à retrouver cette empreinte que tend en permanence l’œuvre de Modiano, dans une sorte de quête archéologique intime, pour retrouver les unes après les autres, les couches imbriquées d’un palimpseste de réalité et d’imagination. Modiano et son œuvre s’inscrivent dans la géographie passée et actuelle de Paris, mais ils y sont comme les ombres, mi-réelles, mi-fictives, d’une histoire, de personnages et de lieux disparus, « un Paris intérieur, intime, rêvé à force d’être écrit (ou peut-être écrit à force d’être rêvé) » (B. Commengé).

English

Sorry, no translation yet. Ready to give a hand ? Anyway, give a look to the automatic Google translation bar in the top-right of this page to get an idea of the content in your language.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s