Michel Butor, la carte de L’Emploi du temps / The Map of Passing Time

bleston-plan-edt-butorPour rendre hommage à Michel Butor, le plus géographe des écrivains, éternel nomade parti définitivement la semaine dernière, nous reproduisons la carte qu’il a dessinée en frontispice de son roman L’Emploi du temps, paru en 1956. Elle représente Bleston, ville anglaise fictive, inspirée de Manchester, où Butor passa deux ans comme lecteur de l’université en 1951-1953. D’apparence anodine, comme ces plans de villes des guides touristiques de l’époque, la carte semble là pour préciser les lieux de l’action du livre, comme dans certains romans d’aventure ou policier. Les lieux de la fiction sont bien là : la gare où le héros Jacques Revel arrive, les deux logements qu’il a occupés successivement, le bureau où il travaille chez Mattews and Sons. Pourtant, son étrangeté apparaît dès qu’on la regarde de plus près.

To pay tribute to Michel Butor, one of the most close to geographers among writers, this eternal nomad who left us last week, we reproduce the map he drew as a frontispiece for his novel Passing Time, published in 1956. It represents Bleston, a fictional English city, inspired by Manchester where Butor spent two years as a lecturer in 1951-1953. Perfectly mundane at the first glance, analog to these city plans of the tourist guides of the time, it seems to have the function to help the reader to follow the action of the book, as the maps published  in some adventure or detective novels. The places of fiction are here: the station where Jacques Revel, the narrator, arrives at the beginning, the both housing he had, the Matthews and Sons building where he worked and all the others places mentionned in the novel. But the strangeness of the map appears as soon as one looks closer to it.

English Français Reference

Français

Le plan n’indique que les principaux axes, avec les rues orthogonales en amorces, pour simplifier le dessin pense-t-on d’abord. Mais pourquoi « l’Ecrou », l’hôtel miteux où Revel habite les premières semaines est-il complètement isolé du reste de la ville ? Quelle logique urbaine préside à la présence de trois gares autour de la même place ?  Pourquoi huit champs de foire ? Le roman explique cela par par le fait qu’en plus de sa Foire permanente située à Plaisance Garden, la ville dispose de huit petites foires tournantes, chacune étant comme une « petite ville mobile un peu moins morose qui fait le tour de la grande en huit mois, s’arrêtant quatre semaines dans chacun des arrondissements extérieurs à l’exception du douzième ». Drôle de dispositif, un peu comme un système astral avec ses planètes tournant autour du centre.  Une telle carte sert-t-elle à guider le lecteur ou à le perturber ? Un indice saute alors aux yeux : la mention Ma maison située Tower Str. qui montre qu’il ne s’agit pas de la carte objective du romancier soucieux d’aider le lecteur, mais du plan dessiné par Revel lui-même, plan qui sera perdu puis brûlé dans le récit. Cette carte subjective dressé par un héros qui voue une haine à Bleston est-elle fiable ? Peut-être pas plus que les dates de son journal, qui se superposent étrangement tout en présentant des lacunes ? Et si, comme l’écrit Ludovic  Janvier, L’Emploi du temps c’était « d’abord l’utilisation de l’espace, son organisation » ? [1] et si le livre de Butor nous entrainait avec son héros dans un labyrinthe spatial et temporel vertigineux.

English

Sorry, no translation yet. Ready to give a hand ? Anyway, give a look to this automatic Google translation to get an idea of the content.

[1] Ludovic Janvier, Une parole exigeante. Le nouveau Roman, Ed. de Minuit, 1964, p. 31, citée par Pierre Brunel, Butor, L’Emploi du temps. Le texte et le labyrinthe, PUF, 1995, p.135.

Reference/Référence

  • Work Title/Titre de l’œoeuvre: L’Emploi du temps (Passing Time)
  • Author/Auteur : Michel Butor
  • Year/Année : 1956
  • Field/Domaine : Literature/Littérature
  • Type : Roman/Novel
  • Edition/Production : Les Editions de Minuit
  • Language/Langue :  Fr
  • Geographical location/localisation géographique : #Manchester, UK
  • Remarks/Notes:
    • Machinery/Dispositif : carte/map
    • Location in work/localisation dans l’œ’oeuvre : Frontispice
    • Geographical location/localisation géographique :
    • Remarks/Notes :

2 réflexions sur “Michel Butor, la carte de L’Emploi du temps / The Map of Passing Time

  1. commencé par hasard il y a une dizaine de jours (après lire « Essais sur le roman » en TEL), fini récemment (en 10/18, édition de 1966), je crois avoir compris plutôt que la carte brûlée un moment est justement re-achetée à Ann pour la seconde fois, et donc que la carte ici est bien dessinée pour le lecteur par le narrateur…
    je profite de ce message pour vous demander si vous auriez quelque lumière à propos de la provenance de la carte sur la couverture de « La forme d’une ville » de Julien Gracq, et vous salue bien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s