Mona Hatoum’s map works / Les oeuvres cartographiques de Mona Hatoum

World globe represented as a grenade by Mona Hatoum / Le globe terrestre vue comme une grenade, selon l'artiste Mona Hatoum.

World globe represented as a grenade by Mona Hatoum / Le globe terrestre vue comme une grenade, selon l’artiste Mona Hatoum.

Mona Hatoum’s exhibition, held at the Centre Pompidou until the 28th of September, gathers over 100 works of this internationally renowned artist, in media as varied as performance, video, installation and sculpture.

A dozen of these works give a particular overview of Mona Hatoum’s fascination for maps, which she represents as figurative images of real places but in many unexpected ways ; drawn on food boxes, carved on an iron locket, printed on thousand of olive oil soaps, scratched on oriental carpets…

L’exposition consacrée à Mona Hatoum, qui se tient au Centre Pompidou jusqu’au 28 septembre 2015, rassemble plus de 100 œuvres de cette artiste renommée, dans des formats aussi variés que la performance, la vidéo, l’installation ou la sculpture.

Une douzaine de ces œuvres mettent notamment en lumière le grand intérêt de cette artiste pour les cartes, qu’elle utilise et représente toujours comme des images figuratives de lieux réels, mais surtout de manière inattendue ; dessinées sur des boites alimentaires, sculptées sur des médaillons, imprimées sur des savons à l’huile d’olive, grattées à la surface de tapis orientaux…

English Français Reference

English

(Note : the illustrations are in the French text below)

Her most impressive cartographic creation is a 3m-high steel globe covered by glittering red neons outlining the shape of the continents. Entitled “Hot Spot”, this sculpture reminds a TV News background design, and suggests a world in danger, because of conflicts or global warming.

Mona Hatoum has also created a huge horizontal world map made with thousand of small glass marbles, supposed to be unfixed so they could spread on the floor little by little. But due to risk of visitors falling, the marbles finally had to be stuck on the floor before the exhibition opening.

Towards all these works, the artist demonstrates awareness of map projection issues, considered as both a geographic and an artistic process. For instance, in a serie called “Projection”, where the world map familiar image appears like a negative on various materials, Mona Hatoum has payed attention to use Peter projection instead of Mercator, to remind us about the real land mass proportions.

Another work, called “Untitled (rack)” (unfortunately not mentioned in the official brochure), is also focused on map projection process and the way it could play with shapes and dimensions. Here are two different objects, hung to a shelf on a large white wall. The first one is a colourful world map poster accurately carved and reshaped into a handbag. The second one is compounded by two circular hangers, their shadows on the wall and the world coastlines drawn behind it. Both objects look very light so they seem floating into space.

I don’t know what’s the real meaning of this artwork but it looks like a fascinating enigma for mapmakers : Does one use maps to dress the Earth ?

Last but not least, “3-D cities” is a trio of street maps of Beirut, Baghdad and Kabul, mounted onto tabletops. Delicate circles have been cut into the surface of the maps to create concave and convex areas, like domes and bomb craters. These 3d structures materialize the aftermaths of war and the imprints let in their inhabitants memory. But it also reminds how these 3 cities have undergone for many years a constant cycle of destruction and reconstruction, both in a negative and positive way.

Born in Beirut in 1952 to Palestinian parents, Mona Hatoum was on a short visit to London when the Lebanese civil war broke out in 1975. Unable to return, forced to exile, she settled in London where she decided to attend art school. Her biography of course gives some clues to explain her interest in geopolitical issues and her fascination for maps. But it also suggests to what extend distances and dimensions could be key notions in many of her artworks.

PS. In 2009, Mona Hatoum was invited by the MAC/VAL museum for a residence in Vitry/Seine, where she created a serie of city maps carved on top of black and red swing boards. Unfortunately this creation is not included in the present exhibition.

Français

« Hot Spot » – Mona Hatoum (2014)

Son œuvre cartographique la plus impressionnante est un globe de 3 mètres de haut, couvert de néons rouges scintillants reprenant la forme des côtes continentales. Intitulé « Hot Spot », cette sculpture rappelle un peu l’habillage graphique d’un journal télévisé, et suggère l’idée d’un monde globalisé en conflit et soumis au réchauffement climatique.

Mona Hatoum a aussi créé une immense carte du monde à partir de milliers de petites billes de verre étendues sur le sol, censées rester légèrement mobiles et se déplacer avec le temps. Mais pour éviter que des visiteurs ne chutent, les billes ont dû être collées au sol avant l’ouverture de l’exposition.

Une attention particulière est portée par l’artiste à la question de la projection cartographique dans ces travaux, tant d’un point de vue strictement géographique que d’un point de vue artistique. Pour la série « Projection » par exemple, dans laquelle l’image du planisphère apparaît en négatif sur des matieriaux variés, elle a pris soin d’utiliser la projection de Peter au lieu de celle plus familière de Mercator, pour rappeler aux spectateurs quelles sont les bonnes proportions entre les continents.

« Untitled (rack) » / « Sans titre (étagère) » – Mona Hatoum

« Sans titre (étagère) » est une autre œuvre qui interroge le processus de projection cartographique et la manière dont il permet de jouer avec les forme et les distances (l’œuvre n’est malheureusement pas mentionnée dans la brochure de l’exposition). Deux objets sont suspendus à un porte-manteau sur un mur blanc. Le premier est une carte en couleur des pays du monde, finement découpée et remodelée sous la forme d’un sac à main. Le second est composé par deux cintres circulaires et leur ombre sur le mur, auxquelles s’ajoute le dessin des côtes continentales. Ces deux objets semblent très légers, presque en apesanteur.

Difficile de trouver un sens évident à cette œuvre, qui constitue en tous les cas une belle interrogation pour les cartographes. Peut-on faire usage de cartes pour habiller la Terre ?

Enfin, on peut signaler « 3-D Cities », un triptyque de cartes des villes de Beyrouth, Bagdad et Kaboul, posées à plat sur des tables. Des cercles ont été délicatement découpés à la surface de ces cartes pour former des zones concaves ou convexes, évoquant des dômes ou des cratères. Ces structures en relief rendent ainsi visibles les séquelles de la guerre et l’empreinte qu’elle a laissé dans la mémoire des habitants. Elles rappellent aussi comment ces 3 ville subissent depuis plusieurs années un cycle permanent de destruction et de reconstruction, à la fois de manière positive et négative.

« 3-D cities : Beirut » / « Villes en 3D : Beyrouth » – Mona Hatoum

Née à Beyrouth de parents palestiniens, Mona Hatoum était en visite à Londres quand la Guerre civile éclata au Liban en 1975. Dans l’impossibilité de rentrer, forcée à l’exil, Mona Hatoum s’installa alors à Londres où elle décida de poursuivre des études aux Beaux-Arts. La biographie de Mona Hatoum donne certainement quelques clés pour comprendre son intérêt pour les questions de géopolitique et sa fascination pour les cartes. Mais elle suggère peut-être aussi à quel point les notions de distance et de proportion sont au coeur de son travail.

PS. En 2009, Mona Hatoum était invitée par le musée MAC/VAL pour une résidence d’artiste à Vitry/Seine, durant laquelle elle créa une série de cartes de villes sculptées sur des balançoires rouges et noires. Cette oeuvre n’est malheureusement pas présentée dans le cadre de l’exposition au Centre Pompidou.

Reference/Référence

  • Work Title/Titre de l’œœuvre: Exposition Mona Hatoum Centre Pompidou (24 juin-28 septembre 2015)
  • Author/Auteur : Mona Hatoum
  • Year/Année : 1983-2015
  • Field/Domaine : Art
  • Type : divers
  • Edition/Production :
  • Language/Langue :
  • Geographical location/localisation géographique :
  • Remarks/Notes:
    • Machinery/Dispositif : techniques diverses
    • Location in work/localisation dans l’œ’oeuvre :
    • Geographical location/localisation géographique :
    • Remarks/Notes :

Une réflexion sur “Mona Hatoum’s map works / Les oeuvres cartographiques de Mona Hatoum

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s