Lost in the City of Glass, Auster-Karasik-Mazzucchelli

"Cité de verre" (copyright ACTES SUD BD, 2005)

« Cité de verre » (copyright ACTES SUD BD, 2005)

Cité de verre (City of Glass) by Paul Auster was published in 1985. This is the first volume of the New York Trilogy by this author. An adaptation of this work in comics was published in 2005 by Paul Karasik and David Mazzucchelli. David Mazzucchelli is an American cartoonist, best known for his versions of Batman and Daredevil. In this work, Paul Auster explores the concepts of identity and freedom, by taking to the world, and sometimes the dark humor, of Franz Kafka and his descriptions of the absurdity of the modern world.

Cité de verre  de Paul Auster a été publiée en 1985. C’est le premier volume de la Trilogie new-yorkaise de cet auteur. Une adaptation de cette œuvre en bande dessinée a été publiée en 2005 par Paul Karasik et David Mazzucchelli. David Mazzucchelli est un célèbre dessinateur américain, surtout connu pour ses versions de Batman et Daredevil.Dans cette œuvre, Paul Auster explore les concepts d’identité et de liberté, en empruntant à l’univers, et parfois à l’humour grinçant, de Franz Kafka et de ses descriptions de l’absurdité du monde moderne.

English Français Reference

English

"Cité de verre" (copyright ACTES SUD BD, 2005 )

« Cité de verre » (copyright ACTES SUD BD, 2005 )

Sorry, no translation yet. Ready to give a hand ? Anyway, give a look to this automatic Google translation to get an idea of the content.

Le personnage principal, Quinn, écrivain de série policière au passé douloureux, accepte d’être pris par erreur pour un détective du nom de Paul Auster. On lui demande d’enquêter sur Peter Stillman, un religieux extrémiste qui vient de sortir de prison et qui, selon les dires de sa « cliente » a l’ambition d’assassiner son fils qu’il a torturé durant toute son enfance. L’écrivain découvrira bientôt que cet ancien professeur de théologie tente d’inventer un nouveau langage pour sauver le monde de l’incompréhension ambiante.

Dans cette aventure, New-York apparaît comme une ville sans fin, dont les mystères nécessitent d’être déchiffrés comme les caractères étranges d’un livre mystérieux.

Dans l’une des planches, on voit Quinn, le personnage principal, tenter de comprendre la signification des lettres secrètes qu’il reconnaît dans les traces de ses pas dans la ville.

"Cité de verre" (copyright ACTES SUD, 2005)

« Cité de verre » (copyright ACTES SUD, 2005)

Marcher dans New-York n’est pas une simple déambulation. Il s’agit d’une enquête doublée d’une quête, à travers une sorte d’épreuve initiatique qui consiste à découvrir le monde et soi-même.

On trouvera ici un article qui résume très bien l’œuvre de Paul Auster mise en scénario et en images par David Mazzucchelli.

« Par des allusions ou des citations d’auteurs tels que Rousseau (Les Confessions), Montaigne (Essais), Edgar Allan Poe, (Les aventures d’Arthur Gordon Pym), etc.,  Paul Auster insiste sur la quête du moi par l’errance des personnages. Mais à cause de leur traumatisme, ces derniers n’arrivent jamais à se forger. Au lieu de se construire par le voyage et la découverte du monde, les personnages de Cité de verre se détruisent, ils ne parviennent pas à sortir des espaces de solitude et d’errance qu’ils traversent et finissent par disparaître.

"Cité de verre" (copyright ACTES SUD, 2005)

« Cité de verre » (copyright ACTES SUD, 2005)

La ville de New York a un rôle important dans le livre. C’est un lieu d’errance, dans lequel les personnages vont et viennent, et se perdent. New York représente aussi une errance psychologique : c’est en se promenant que les personnages se perdent dans leurs pensées, s’enferment en eux-mêmes.

Dans plusieurs planches, le dessinateur a choisi de représenter les empreintes du personnage principal mais aussi de ses pensées sous la forme d’un ensemble de traits : ceux de ses empreintes digitales, comme ceux de ses pas dans la ville. New-York est faite des traces laissées par ses habitants et ceux qui la arpentent en tout sens. Ces traces se confondent avec le tracé des rues et le tracé des lignes qui parcourent la ville, lignes des façades d’immeubles ou des immeubles eux-mêmes qui sont vues comme des murs entre lesquels circulent les habitants.

"Cité de verre", page de couverture (Copyright ACTES SUD BD, 2005)

« Cité de verre », page de couverture (Copyright ACTES SUD BD, 2005)

Dans son ouvrage, Paul Auster cherche à établir une sorte de parallèle entre les pensées de son personnage principal sur New-York, son sentiment d’être perdu dans cette ville autant qu’il est perdu dans sa vie : « New York était un espace inépuisable, un labyrinthe de pas infinis, et, aussi loin qu’il allât et quelle que fût la connaissance qu’il eût des quartiers et de ses rues, elle lui donnait toujours la sensation qu’il était perdu. Perdu non seulement dans la cité, mais tout autant en lui-même.« 

La préface à cet ouvrage de BD a été rédigée par Art Spiegelman, l’auteur de la BD Maus, présentée ici sur ce site, qui a reçu en 2011 le Grand prix de la ville d’Angoulême.

Reference/Référence

  • Work Title/Titre de l’œuvre: Cité de verre/City of Glass
  • Author/Auteur : Paul Auster, adapted by Paul Karasik and David Mazzucchelli
  • Year/Année : 1985, 2005
  • Field/Domaine : Graphic novel
  • Type : Comics
  • Edition/Production : copyright ACTES SUD BD
  • Language/Langue : None
  • Geographical location/localisation géographique : #New-York
  • Remarks/Notes:
    • Machinery/Dispositif : drawing
    • Location in work/localisation dans l’œuvre : various pages
    • Geographical location/localisation géographique : USA
    • Remarks/Notes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s