Let me guess. You’re the hot sauce ? Map, Power and Desire in Weeds

weedsS8E4_6We have gems in our « Cabinet of curiosities » that deserve some comments. This cartographic scene from the season 4 of the politically incorrect series Weeds is one of them. This is a prelude to the love affair between the valiant mum, Nancy Botwin, trafficking cannabis to support her family and the powerful and dangerous Mexican mayor of Tijuana, involved in more serious affairs.

Il est des perles dans notre « Cabinet de curiosité » qui méritent quelques commentaires. Ainsi cette scène cartographique dans la saison 4 de la politiquement plutôt incorrecte série Weeds, qui prélude à la relation amoureuse entre Nancy Boltwin la vaillante mère de famille vendeuse de canabis et le puissant et dangereux maire mexicain de Tijuana, impliqué dans des trafics plus sérieux.

English Français Reference

English

The whole scene happens on a map of Mexico used as a placemat in a restaurant of Tijuana. The cinemap is a classic of the kind already identified in (e)space & fiction as a makeshift map. It is a map improvised with what is on hand, like the matches and laces of la Bandera or, among our curiosities, the delicious map made of kebab, fries, ketchup and mustard in Ni pour ni contre (bien au contraire)  by Cédric Klapisch.

With Weeds, we remain in cooking. Esteban Reyes uses salt and pepper, to  locate the different Mexican gangs that might have tried to kill him. It is a scene of mutual seduction where Esteban demonstrates his power to a brazen Nancy. The dangerous Esteban, who is also his « employer » and his drug supplier, attracts her but she plans also to use him for developing her business.

This scene reveals the power under the map, which is only the superficial layer where the protagonists place themselves under the determination of political and economical secret forces. This evocation of the table leads to quote Franco Farinelli in La crisi della ragione cartografica. where he writes that the Renaissance is the period when the world switches from of a model inspired by the globe and the sphere to a model inspired by the map and the table. It is the moment when the figure of a homogeneous, rectilinear and continuous space becomes dominant. For Farinelli it is actually the map (the model) that shapes the territory, and not the reverse. The table is indeed the perfect figure of this new modern territorial power, and Esteban a direct expression of the criminal aspect of this power. But to defend herself from this tabular power, the cunning Nancy will know how to embody various forms of roundness.

Français
weedsS4E8_1
weedsS4E8_2
weedsS8E4_3
weedsS8E4_4
weedsS8E4_5
weedsS8E4_6
weedsS8E4_7

Tout se passe sur un fond de carte du Mexique qui sert de set de table à un restaurant de Tijuana. Le dispositif cinécartographique est un classique du genre, déjà bien repéré dans (e)space&fiction, la « carte de fortune » improvisée avec  ce que l’on a sous la main, comme la carte faite d’allumettes et de lacets dans la Bandera ou, parmi nos curiosités, la délicieuse carte à base de kebab, frite, ketchup, moutarde de Ni pour ni contre (bien au contraire)  de Cédric Klapisch.

Avec Weeds, nous restons dans le registre culinaire. Esteban Reyes utilise  les condiments, sel et poivre, pour situer les différents gangs mexicains susceptibles d’avoir voulu attenter à sa vie. Il s’agit avant tout d’une scène de séduction réciproque où Esteban arbore l’étendue de sa puissance devant une Nancy qui n’a pas froid aux yeux. Cet homme dangereux qui est aussi son « employeur » et son fournisseur de drogue l’attire. Mais elle compte bien l’utiliser pour développer son commerce.

La scène dévoile donc le pouvoir sous la carte, celle-ci n’étant que la couche superficielle où s’inscrivent les protagonistes, déterminés par les forces secrètes de l’économique et du politique. A cette évocation de la table, on ne résiste pas à citer Franco Farinelli dans La crisi della ragione cartografica. Celui-ci  voit la Renaissance comme le moment où le monde bascule d’un modèle inspiré du globe et de la sphère à un modèle dominé par la carte/table, figure d’un espace homogène, rectiligne et continu, à partir duquel se projette –  car pour lui c’est la carte, le modèle, qui façonne le territoire et non l’inverse – le pouvoir territorial moderne dont Esteban est une expression directe dans sa version criminelle. Mais pour se défendre de ce pouvoir tabulaire, la rusée Nancy saura incarner diverses formes de la rotondité.


Reference/Référence

  • Work Title/Titre de l’œuvre : Weeds
  • Author/Auteur : Jenji Kohan
  • Year/Année : 2005-2012
  • Field/Domaine : TV Series
  • Type : Humor, drama/Humour, drame
  • Edition/Production : Tilted Productions and Lionsgate Television
  • Language/Langue : en
  • Geographical location/localisation géographique : Tijuana, Mexique
  • Remarks/Notes:
    • Machinery/Dispositif : map, makeshift map, carte de fortune
    • Location in work/localisation dans l’œuvre :
    • Geographical location/localisation géographique :
    • Remarks/Notes :

Une réflexion sur “Let me guess. You’re the hot sauce ? Map, Power and Desire in Weeds

  1. Pingback: Nouveautés pour les vacances…. | le webzine du collège des Gorges de la Loire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s