Dirty Harry – Don Siegel

Maps and model / Cartes et maquettes

Maps and model / Cartes et maquettes

Dirty  Harry is a 1971 American crime film directed by Don Siegel. It’s the first in the Dirty Harry film series. San Franscico Police Department Inspector « Dirty » Harry Callahan (Clint Eastwood), opposes Scorpio, a serial killer (Andrew Robinson). We can find several spatial machineries in the movie : maps, plans, model. Moreover, we note many recognizable places, addresses, which set the city as an important protagonist.

L’inpecteur Harry est un film américain réalisé en 1971 par Don Siegel. Il met en scène l’inspecteur Harry Callahan (Clint Eastwood), de la police de San Franscisco, aux méthodes souvent expéditives, au prise avec un tueur en série surnommé Scorpion (Andrew Robinson). Plans, cartes, maquette sont autant de dispositifs spatiaux qui apparaissant dans le film. Mais ce dernier est également parsemé de lieux identifiables et d’adresses, permettant de localiser précisément l’action, et plaçant la ville comme une protagoniste important.

English Français Reference

English

San Francisco

From the first seconds, Siegel shows a memorial « in tribute to the Police Officers of San Francisco who gave their lives in the line of duty » since 1878. It is a radical way to introduce the purpose of the movie and to locate action. In fact, Siegel makes San Francisco the 3rd main character of the movie. Throughout the story, he scatters recognizable places (building, church, bridge, tunnels, addresses). So it is very easy to follow Callahan and Scorpio playing cat and mouse.

Model city / Maquette de la ville

Model city / Maquette de la ville

The opening scene is a blatant example: it shows the first murder by Scorpio, when he shoots down a young woman in a rooftop swimming pool, from an other higher building roof. A fast research about San Francisco’s towers shows that Scorpio is on 555 California Street roof, second bigger tower of San Francisco. The swimming pool is on the Holiday Inn Select Downtown and Spa roof (which became later Hilton San Francisco Financial District… without swimming pool roof). Callahan arrives on the crime scene and he locates immediatly the position of the sniper, and he goes on the tower’s roof. Siegel shows us a magnificent panorama of San Francisco.

It is an example among many others. I invite you to visit this website which lists and localizes all these places in Google.

Some maps and a model city

San Fransciso police department have at one’s disposal various paper maps and plans displayed on its walls, but also in an electronic map, with diodes (20th minute). We also note a model city which it’s not used by police, but by Siegel for a transition to the next scene: from the the police station to the of the second Scorpio’s mischief scene. Siegel zooms in on the model, specifically on St. Peter and Paul Church, he uses a cross-fade to focus on a plan showing the church, then he zooms out before rotate the camera and, at last, he zooms in on a roof where Scorpio is (21th minute). Spotted by a helicopter, Scorpio is put to flight before he has committed a second murder.

Blue flags / Drapeaux bleus

Blue flags / Drapeaux bleus

Later, a map is used to organize deployment of the units that are going to be on duty by dark on roofs. These units are represented by small blue flags. Some roofs are left « free », near the North Beach area, to incite Scorpio to appear there (36th minute).

Français

San Francisco

Dès les premières secondes, Siegel montre un monument dédié aux policiers de San Francisco morts en service depuis 1878. C’est déjà un moyen radical de localiser l’action et le propos du film. En fait, Siegel place San Francisco comme le 3ième personnage principal du film. Tout au long du récit, il distille des lieux parfaitement reconnaissables (immeuble, église, pont, tunnel ou carrément des adresses) de telle sorte qu’il est très aisé de suivre le jeu du chat et de la souris que se livrent Callahan et Scorpio.

La scène d’ouverture en est un exemple flagrant : elle montre le premier meurtre perpétré par Scorpio, lorsqu’il abat une jeune femme nageant dans un piscine sur le toit d’un immeuble. Il s’est lui même installé sur le toit d’un autre immeuble surplombant le premier. Une rapide recherche sur les tours de la ville montre qu’il s’agit de la 555 California Street, deuxième plus grande tour de San Francisco (2ième minute). La piscine est celle du Holiday Inn Select Downtown & Spa qui depuis est devenu le Hilton San Francisco Financial District (qui ne dispose d’ailleurs plus de cette piscine). Arrivé sur la scène de crime, Callahan a tôt fait de localiser la position du tireur. Lorsqu’il monte sur la tour, Siegel nous montre un magnifique panorama sur la ville (5ième minute), qu’il va nous faire parcourir dans tous les sens par la suite.

Il ne s’agit là que d’un exemple parmi beaucoup d’autres. Je vous invite à visiter ce site qui recense et localise dans Google tous ces lieux.

Une maquette et des cartes

Comme tout poste de police, celui de San Fransciso  est équipé de différentes cartes et plans habillant ses murs (20ième). Parmi ces derniers, on en trouve au format papier, mais également au format électronique, arborant des diodes lumineuses. On remarque également une maquette de la ville. Cette dernière, si elle n’est pas utilisée par les policiers, sert de moyen de transition vers la scène suivante. Du poste de police, il nous emmène sur le lieu du deuxième méfait de Scorpio : pour ce faire, il zoome sur la maquette, plus précisément sur l’église Saint Pierre et Paul, se sert d’un fondu-enchainé pour focaliser sur un plan montrant l’église, puis dézoome, avant de faire pivoter la caméra, puis de zoomer de nouveau sur le toit de l’immeuble sur lequel s’est installé Scorpio (21ième minute). Repéré par un hélicoptère, ce dernier est mis en fuite avant d’avoir du perpétrer son deuxième assassinat.

Plus tard, une des cartes est concrètement exploitée pour organiser le déploiement d’unités de surveillance sur les toits. Ces unités sont figurées par des petits drapeaux (bleus pour les unités de nuit). Quelques toits immeubles sont laissés « libres », près de la plage Nord, afin d’inciter Scorpio à s’y montrer (36ième minute).

Reference/Référence

  • Work Title/Titre de l’œuvre: Dirty Harry / L’inpecteur Harry
  • Author/Auteur : Don Siegel
  • Year/Année : 1971
  • Field/Domaine : Cinema
  • Type : Thriller, Crime
  • Edition/Production : Don Siegel, Robert Daley (Producers)
  • Language/Langue : En
  • Geographical location/localisation géographique : #San Francisco # California #USA
  • Remarks/Notes:
    • Machinery/Dispositif : Plan, Model
    • Location in work/localisation dans l’œuvre :
    • Geographical location/localisation géographique : San Francisco
    • Remarks/Notes :

Une réflexion sur “Dirty Harry – Don Siegel

  1. Très beau film que j’ai eu le plaisir d’apprécier pour être fan de Clint Eastwood. Un grand plaisir de revoir les lieux du tournage et de s’imprégner de l’ambiance du film.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s