« Dérive et pyschogéographie ». Conférence d’Emmanuel Guy à l’occasion de l’exposition « Guy Debord. Un art de la guerre » à la BnF / « Dérive and pyschogeography ». Conference from Emmanuel Guy in the framework of the exhibition « Guy Debord. Un art de la guerre » at BnF

"Guy Debord. Un art de la guerre" Affiche de l'exposition, BnF, 2013

« Guy Debord. Un art de la guerre » Affiche de l’exposition, BnF, 2013

On April 27 was held at the BnF a conference entitled « Drift and psychogeography » which took place in the framework of the exhibition « Guy Debord. Un art de la guerrer » which takes place from 27 March to 13 July 2013 in Grande Galerie at the BNF (François Mitterrand Site). This conference was given by Emmanuel Guy, researcher at the BNF and one of the two curators of the exhibition. The conference had the ambition to present in one hour themes of dérive and psychogeography that was defined and practiced by the Situationists, as heirs of their ancestors Thomas De Quincey,  Charles Baudelaire, Walter Benjamin or Edgar Allan Poe .

Le 27 avril a eu lieu à la BnF une conférence intitulée « Dérive et psychogéographie » qui s’inscrivait dans le cadre de l’exposition « Guy Debord. Un art de la guerre » qui a lieu du 27 mars au 13 juillet 2013 dans la Grande Galerie de la BnF (site François Mitterrand). Cette conférence fut donnée par Emmanuel Guy, chargé de recherches documentaires à la BNF et l’un des deux commissaires de l’exposition. Cette conférence avait pour ambition de présenter en une heure les thèmes de la dérive et de la psychogéographie que les situationnistes définirent et pratiquèrent, en héritiers de leurs aïeuls Thomas De Quincey, Charles Baudelaire, Walter Benjamin ou Edgar Allan Poe.

English Français

English

Sorry, no translation yet. Ready to give a hand ? Anyway, give a look to this automatic Google translation to get an idea of the content.

Français

Guy Debord, Guide psychogéographique de Paris. Discours sur les passions de l'amour, 1957. Pentes psychogéographiques de la dérive et localisation d'unités d'ambiance. Publié à Paris par l’Internationale Situationniste.

Guy Debord, Guide psychogéographique de Paris. Discours sur les passions de l’amour, 1957. Pentes psychogéographiques de la dérive et localisation d’unités d’ambiance. Publié à Paris par l’Internationale Situationniste.

Parmi les images projetées pour appuyer et illustrer le propos du conférencier, on a pu lire diverses citations de Guy Debord et d’autres situationnistes dont Yvan Chtcheglov, ainsi que des cartes ou plutôt des plans, dont ces deux issus de guides psychogéographiques de Guy Debord, dont le Guide psychogéographique de Paris.

Comme l’indique le site du FRAC Centre, « Le Guide psychogéographique de Paris faisait initialement partie d’une sélection de cinq plans réalisés par Guy Debord pour la Première exposition de psychogéographie à la galerie Taptoe à Bruxelles en février 1957. Ceux-ci rendaient compte des expériences de dérive menées dans Paris par les lettristes.(…) Réalisé à partir du Plan de Paris à vol d’oiseau édité en 1951 et dessiné par Georges Peltier, ce guide morcelle l’unité souveraine de la carte pour y substituer des « unités d’ambiance » urbaines, avec leurs défenses, leurs entrées et leurs sorties. Le verso de l’édition de 1958 comportait la note suivante : « (…) Sur les plans de Paris édités par le M.I.B.I, les flèches représentent des pentes qui relient naturellement les différentes unités d’ambiance ; c’est-à-dire les tendances spontanées d’orientation d’un sujet qui traverse ce milieu sans tenir compte des enchainements pratiques – à des fins de travail ou de distraction – qui conditionnent habituellement sa conduite ». Sont ainsi retracés les déplacements du dériveur guidé par l’action du milieu géographique sur son « affectivité », aboutissant à une reconstitution psychogéographique de l’espace urbain. Les « passions » reconstruisent ainsi un espace devenu « disponible », un labyrinthe inscrit dans un temps contingent et appréhendé par l’expérience.« 

report des espaces du Guide psychogéographique de Paris sur le fonds cartographique GoogleMaps.

Report des espaces du Guide psychogéographique de Paris sur le fonds cartographique GoogleMaps.

Pendant sa conférence, Emmanuel Guy a proposé un report des espaces du Guide psychogéographique de Paris sur le fonds cartographique de GoogleMaps.

La « dérive » fut définie par les situationnistes par Debord dans la revue belge Les Lèvres Nues (1954-1957): « Entre les divers procédés « situationnistes », la dérive se présente comme une technique du passage hâtif à travers des ambiances variées. Le concept de dérive est indissolublement lié à la reconnaissance d’effets de nature psychogéographique, et à l’affirmation d’un comportement ludique-constructif, ce qui l’oppose en tous points aux notions classiques de voyage et de promenade ». La dérive est donc un mélange d’errance et de pratique engagée de la liberté de mouvement dans des espaces urbains modernes, en profonde mutation dans les années 50-70. Les situationnistes pratiquèrent la dérive le plus souvent sous l’influence de l’alcool et/ou de stupéfiants. Il est tentant d’établir des rapprochements de ces expériences particulières de l’espace à celles tentées par certains surréalistes, avec lesquels les situationnistes s’opposèrent pourtant. Cette « expérience sensible » des espaces, baptisée psychogéographie, fut exercée dans les espaces urbains, perçus comme des traductions d’une conception rationaliste et fonctionnaliste des architectes de la modernité. Ainsi, les architectes des nouveaux espaces urbains, dont ceux de la Charte d’Athènes, furent très largement critiqués, parmi lesquels Le Corbusier qui, pour Debord, « était l’homme à abattre ».

5 réflexions sur “« Dérive et pyschogéographie ». Conférence d’Emmanuel Guy à l’occasion de l’exposition « Guy Debord. Un art de la guerre » à la BnF / « Dérive and pyschogeography ». Conference from Emmanuel Guy in the framework of the exhibition « Guy Debord. Un art de la guerre » at BnF

  1. Pingback: #WritersWednesday, June 19, 2013 ~ Guy Debord | Where do We go from Here?

  2. Pingback: Guy Debord et l’art de la guerre | Le nouveau théâtre des opérations

    • Voici qui donne envie de découvrir Masqué. A propos de la Psychogéographie, qui revient à la mode, il y a le bouquin très intéressant de Merlin Coverley, traduit mais surtout adapté à un public français par André-François Ruaud aux moutons électriques (tout un programme !) (Coverley Merlin, 2011. Psycho-géographie ! : poétique de l’exploration urbaine. Lyon : Moutons électriques.). Et pour rester dans les applications romancées de la psychogéographie – assez loin de celle des situs – on reviendra un jour dans (e)space&fiction sur le cultissime From Hell par Allan Moore et Eddie Campbell ou le moins connu mais étonnant roman Notre-Dame des Ténèbres de Fritz Leiber.

  3. Merci Christophe pour ce compte-rendu. La psychogéographie a eu une postérité au-delà du situationisme. On la trouve même à l’origine du mouvement de la néogéographie, par le truchement du site platial d’Ann Eisnor (http://www.yatedo.fr/p/Di-Ann+Eisnor/famous/77fe14938fa20fc3a6dcf45f72388e06). L’article anglais Neogeography de wikipedia (http://en.wikipedia.org/wiki/Neogeography) pointe cette généalogie, étrangement gommée de l’article français qui s’en inspire.

    J’en profite pour mentionner cette citation de Debord issue du catalogue de l’exposition et punaisée dans notre collection de curiosités (http://spacefictioncuriosities.tumblr.com/post/47041217820/jai-un-cote-tout-a-fait-pueril-et-je-men) : « J’ai un côté tout à fait puéril, et je m’en réjouis : les cartes, les kiegspiel, les soldats de plomb. J’ai aimé aussi les jeux plus grands: l’art, les villes, le bouleversement de la société. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s