Cartographers in a Middle-Age World City / Des cartographes dans une « Ville-Monde » médiévale

Les maîtres cartographe, tome 4, page 43

Les Maîtres Cartographes, tome 4, page 33

Les maîtres cartographes (Mapping Masters) is a series of 6 comic books published between 1992 and 2002, drawn by Paul Glaudel and written by Scotch Arleston. This author is well-known for his large collection of heroic fantasy comic books, including  the famous Lanfeust de Troy‘s series.

Les maîtres cartographes est une série BD de 6 tomes, publiée entre 1992 et 2002,dessinée par Paul Glaudel et écrite par Scotch Arleston. Ce dernier est reconnu comme l’un des plus prolifique auteur de BD d’Heroïc Fantasy en France. C’est à lui que l’on doit notamment la célèbre série Lanfeust de Troy et toutes ses déclinaisons (Troll de TroyLanfeust des étoiles…).

English Français Reference

English

Many aspects of this script are also used in « Lanfeust de Troy«  : a fantastic universe inspired by Middle-Age, pretty women characters who compete for hero’s love, battles, plots… and a humoristic tone full of sexual allusions.

There’s also a clear similarity between the sages of Eckmul in Troy’s universe, and the mapping masters of Aramantes Institute, whose goal is « preserving knowledge, exploring the world « and » making progress in Science and Cartography ».

Archim de Camp, the main character, is one of these mapping masters. One can easily realize, however, that Archim is a sort of « Action Man« , more interested in travels and sexual affairs than in Science and Cartography. Besides, his job looks more like a land surveyor than a mapmaker.

What makes his job so exciting is the universe of this series. Dandale is described as a planet covered by an endless city. It is divided into a thousand of realms, like neighboring cities packed all together.

Of course, surveying such a world wide megacity is not an easy job, that’s why the maps of Aramantes Institute are precious.

Unfortunately, all the geopolitical issues that could emerge in such a world are quickly ignored by the script.

Français

On retrouve justement dans « Les maîtres cartographes » beaucoup des ingrédients qui ont fait le succès de « Lanfeust de Troy«  ; un univers médiéval-fantastique tout en démesure, des jolies filles qui se disputent les faveurs du personnage principal, des bagarres, des complots… et surtout un ton volontairement humoristique, souvent grivois.

On peut aussi remarquer un parallèle évident entre les sages d’Eckmül, capitale du savoir du monde de Troy, et les maîtres cartographes de l’Institut d’Aramantés, ces derniers ayant pour vocation « de préserver le savoir, d’explorer le monde » de Dandale et « de chercher à faire progresser les sciences et la cartographie ».

Les Maîtres Cartographes, tome 6, planche 01

Les Maîtres Cartographes, tome 6, planche 01

Les Maîtres Cartographes, Tome 1 planche 03

Les Maîtres Cartographes, tome 1, planche 03

Les Maîtres Cartographes, Tome 1 planche 03

Archim de Camp, le personnage principal de la série, est l’un de ces maîtres cartographes. Le lecteur se rendra vite compte cependant que c’est surtout un homme d’actions, qui aime davantage l’aventure et la bonne chair que les sciences ou la cartographie.

Les Maîtres Cartographes, tome 1, planche 05

Les Maîtres Cartographes, tome 1, planche 05

Les Maîtres Cartographes, tome 4, planche 43

Les Maîtres Cartographes, tome 4, planche 43

Dans les premiers tomes, il ne semble d’ailleurs soucieux que de partir explorer de lointaines contrées, afin de profiter de ses frais de mission dans les meilleures auberges. Et si l’Auteur ne manque pas d’insister tout au long de la série sur l’activité sexuelle soutenue de son héros, il ne le montre finalement qu’une seule fois faisant usage de son sextant !

Les Maîtres Cartographes, Tome 2, planche 13

Les Maîtres Cartographes, tome 2, planche 13

On peut d’ailleurs remarquer sur cette image que le métier d’Archim s’apparente davantage à celui de topographe que de cartographe. Mais d’une part, cette distinction ne semble pas avoir cours au sein de l’Institut d’Aramantés, et d’autre part, on peut se demander si la série aurait connu le même succès auprès des amateurs d’Heroïc-Fantasy si elle s’était appelée « Les maîtres topographes ».

Les Maîtres Cartographes, tome 1, planche 17

Les Maîtres Cartographes, tome 1, planche 17

Bref, Archim est un cartographe d’extérieur, comme il aime à le souligner, dont la tâche officielle est d’effectuer des relevés de terrain aux quatre coins du Monde. Et pas de n’importe quel monde ! L’univers dans lequel Archim évolue est celui de Dandale, une planète entièrement recouverte par une ville gigantesque, elle même composée d’une multitude de royaumes collés les uns à côté des autres.

Les Maîtres Cartographes, tome 1, planche 01

Les Maîtres Cartographes, tome 1, planche 01

Les Maîtres Cartographes, tome 1, planche 01

Les Maîtres Cartographes, tome 1, planche 01

Les Maîtres Cartographes, tome 3, planche 01

Les Maîtres Cartographes, tome 3, planche 01

La cartographie de cette « cité infinie » semble donc des plus complexes. La ville est à la fois horizontale et verticale, elle grouille de constructions et d’activités humaines en tout genre… il est donc impossible de TOUT répertorier !

Les Maîtres Cartographes, tome 1, planche 22

Les Maîtres Cartographes, tome 1, planche 22

Les Maîtres Cartographes, tome 4, planche 07

Les Maîtres Cartographes, tome 4, planche 07

Même incomplètes, les cartes de l’Institut d’Aramantés constituent cependant une aide précieuse pour retrouver son chemin dans le dédale des ruelles de Dandale, ce qui confère d’ailleurs un avantage sérieux aux maîtres cartographes.

Les Maîtres Cartographes, tome 3, planche 08

Les Maîtres Cartographes, tome 3, planche 08

De plus, l’Institut conserve et met à jour des plans de nombreux bâtiments importants (palais, forteresses…), ce qui représente là encore des informations très convoitées.

Les Maîtres Cartographes, tome 4, planche 28

Les Maîtres Cartographes, tome 4, planche 28

Aucun explication n’est donnée en revanche quant à la formation il y a des milliers d’années de ce gigantesque continuum urbain, Dandale servant davantage de décor à la série que de sujet. Tout juste apprend-t-on que cette ville gigantesque tend à empiéter sur les océans et qu’il a fallu beaucoup de bois pour bâtir ses fondations, entraînant la quasi-disparition des arbres de la surface de la planète…

Les Maîtres Cartographes, tome 1, planche 24

Les Maîtres Cartographes, tome 1, planche 24

Toutefois, l’épuisement des ressources naturelles ou le manque d’espace vital sont des enjeux vite éclipsés par le scénario. L’Auteur se contente d’y apporter des réponses technologiques plus ou moins convaincantes. Les habitants de Dandale cultivent ainsi des champignons miraculeux qui servent à la fois de nourriture et de matériau de construction, et la cité s’étend à présent jusqu’au ciel, grâce à des bâtiments aéro-portés.

Quant aux frontières politiques, elles sont relativement bien matérialisées dans le paysage, soit par des remparts, soit par des portes ou des ponts. Il n’est donc jamais question dans la série de limites contestées, pas plus que de guerres entre royaumes voisins, et cela malgré l’absence de plan d’urbanisme et l’anarchisme apparent des constructions.

Bref, une fois ces problématiques géopolitiques écartées, le scénario nous entraîne très vite vers une intrigue beaucoup plus classique. Dès le premier tome, les maîtres cartographes sont confrontés à une sorte de guilde secrète, les sapientistes, laquelle tente de percer certains secrets de l’Institut d’Aramantés et de prendre progressivement le contrôle de Dandale.

Bizarrement, même s’ils disposent d’une avance technologique certaine sur les maîtres cartographes (pistolets laser, télépathie, vaisseaux spatiaux…), les sapientistes ont toutefois bien du mal à déchiffrer leurs cartes, de même qu’à empêcher Archim de déjouer leurs plans.

Les Maîtres Cartographes, tome 1 planche 33

Les Maîtres Cartographes, tome 1 planche 33

A l’inverse, les sages de l’Institut d’Aramantés semblent incapables de localiser le quartier général des sapientistes. Dans le dernier tome, le vieux mentor d’Archim, maître Denicalès (rajeuni pour l’occasion), dévoile une théorie selon laquelle la planète Dandale serait creuse et renfermerait en son sein le royaume des sapientistes.

Les Maîtres Cartographes, tome 6, planche 04

Les Maîtres Cartographes, tome 6, planche 04

Le héros finit quant à lui par découvrir que les sapientistes se cachent dans les entrailles d’un satellite artificiel de la planète Dandale, lequel n’est pas sans rappeler l’Etoile Noire de « Star Wars ». Comme dans le film de George Lucas, la série se conclut d’ailleurs par l’explosion de ce gros satellite ultra-sophistiqué, mettant un terme à la conjuration des sapientistes.

Les Maîtres Cartographes, tome 4, planche 25

Les Maîtres Cartographes, tome 4, planche 25

Les Maîtres Cartographes, tome 6, planche 30

Les Maîtres Cartographes, tome 6, planche 30

On ne peut que regretter l’issue relativement bâclée de cette série, qui propose pourtant un univers d’une grande richesse et des pistes scénaristiques initiales très intéressantes. La « Cité infinie » de Dandale, qui évoque à la fois une Super-Mégapole et une « Ville-Monde » médiévale, est malheureusement trop vite reléguée en arrière-plan. Dommage. Transposer des thématiques contemporaines de géographie urbaine dans un univers médiéval fantastique était pourtant une idée très attrayante !

Reference/Référence

  • Work Title/Titre de l’œuvre : Les Maîtres Cartographes
  • Author/Auteur : Paul Glaudel & Scotch Arleston
  • Year/Année : 1992 – 2002
  • Field/Domaine : Comic books / BD
  • Type : Satirical Heroic Fantasy / Héroïc-Fantasy humoristique
  • Edition/Production : Soleil
  • Language/Langue : Fr
  • Geographical location/localisation géographique : #Imaginary
  • Remarks/Notes:
    • Machinery/Dispositif : map, land survey… / carte, relevé de terrain…
    • Location in work/localisation dans l’œuvre :
    • Geographical location/localisation géographique :
    • Remarks/Notes :

Une réflexion sur “Cartographers in a Middle-Age World City / Des cartographes dans une « Ville-Monde » médiévale

  1. Joli billet pour une BD plutôt fantaisiste. Je m’interroge sur l’intérêt d’un sextant pour faire des levés topographiques en milieu urbain😉.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s