We used to wait – Arcade Fire

With the release of their new album The Suburbs and the beginning of their new concert tour, the Montreal band Arcade Fire offers an interesting geospatial and interactive experience. By entering a place of your choice on the site, ideally your childhood home address, you generate a custom clip based on images from Google Maps and Google Street View and you can save it as  a movie. You are also invited to design a postcard to the « younger Yourself ».These postcards will be displayed during the concerts. All this happens here. You need to install Google Chrome, because of the partnership with Google, of course, which aims to promote its browser and HTML5 technology.

Dans le cadre de la sortie de son nouvel album The Suburbs et la tournée de concerts qu’il a entreprise, le groupe Montréalais  Arcade Fire propose une expérience géointeractive. En entrant le lieu de votre choix sur le site, idéalement le lieu de votre enfance,  vous obtenez un clip personnalisé mobilisant des images de  Google Maps et  de  Google Street View que vous pouvez enregistrer pour vous le repasser en boucle. Vous êtes aussi invité à dessiner une carte postale adressée au jeune homme/femme que vous étiez. Ces cartes postales seront visualisées durant les concerts du groupe. Tout cela se passe  ici et nécessite d’installer Google Chrome, car c’est bien sûr organisé en partenariat avec Google, qui entend ainsi promouvoir son navigateur et la technologie HTML5.

English Français Reference

English

Without being stunningly beautiful, the interactive experience produced by Chris Milk is visually appealing, combining rhythmically several windows with graphic patterns moving  from one to another. The final visualisation of the antithetical « Wilderness Downtown » is quite good.  By the chlidhood place, the object created is personal and biographical. It is also collectively shared, as reported by the transition from I to We in the lyrics. One small problem, though, in this personnal-collective nostalgic experience : what about those – and they are many – who had the misfortune to grow up in places ignored by Google Street View?

Français

Sans être d’une beauté renversante, l’expérience interactive réalisée par Chris Milk est visuellement séduisante, combinant en rythme plusieurs fenêtres avec des éléments graphiques passant de l’une à l’autre. La mise en image finale de l’antithétique « Wilderness Downtown » est plutôt réussie. Grâce au lieu d’enfance, l’objet créé est personnel et biographique,  mais collectivement partageable, comme le signale le passage du je au nous dans les paroles de la chanson. Un petit problème pourtant dans cette unanimisme nostalgique : quid de ceux – et ils sont nombreux – qui ont eu le malheur de grandir dans des lieux ignorés par Google Street View ?

Reference/Référence

  • Work Title/Titre de l’oeuvre: We used to wait
  • Author/Auteur : The Arcade Fire
  • Year/Année : 2010
  • Field/Domaine : Music/Musique
  • Type : Pop Rock
  • Edition :
  • Language/Langue: En
    • Machinery/Dispositif : Maps, Web mapping service/Service cartographique Web
    • Location in work/localisation dans l’œuvre :
    • Geographical location/localisation géographique :
    • Remarks/Notes : Everywhere (potentially) but limited to the places covered par Google Street View

Une réflexion sur “We used to wait – Arcade Fire

  1. Ça fonctionne aussi avec Firefox: Les fenêtres se superposent quelque peu mais le résultat est vraiment bluffant (à condition d’avoir grandi sur une rue répertoriée dans Google Street view).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s