M (Fritz Lang 1931): Murder and Modern Mapping

Cinematic Map in M - Oblique Perspective

M (dir. Fritz Lang 1931) tells the story of a serial killer who preys on children in 1930s Berlin, and who is on the run from police and an organized crime syndicate. The film begins with the murder of Elsie, the eighth child to be murdered. At the crime scene police find a paper bag filled with candy crumbs which leads the detectives to search for the store that sold the killer the candy. This search is represented by a cinematic map. This map is centered on the place where the body was found. The search process is illustrated by a compass drawing circles around the neighborhood to illustrate the widening of the search. This 18 secondes animated map can be considered as a turning point in the history of modern cartography since it is both an allusion to classical cartographic techniques and one of the first “modern” maps.

M (dir. Fritz Lang 1931) raconte l’histoire d’un tueur en série d’enfants dans le Berlin des années 1930, poursuivi par la police et par le crime organisé. Le film s’ouvre sur le meurtre de la petite Elsie, la huitième enfant à être assassinée. Sur les lieux du crime, la police trouve un sac de bonbons ce qui amène les détectives à enquêter auprès des vendeurs de confiseries situés à proximité.  Cette recherche est représentée par une carte cinématique. Cette carte est centrée sur le lieu du crime. La recherche des vendeurs de confiseries est illustrée par un compas traçant des cercles de plus en plus grands autour du lieu du crime. Cette carte animée de 18 secondes peut-être considérée comme un tournant dans l’histoire de la cartographie « moderne » puisqu’elle fait allusion à la fois aux techniques de cartographie classiques, tout en anticipant plusieurs méthodes de cartographie digitale contemporaine.

 Read more / Lire la suite

English Français Reference

English

This map is an allusion to classical cartographic techniques for different reasons:

  • Two shots angled have been used for this map, which refer to the two perspectives that have dominated cartography historically: (1) the oblique perspective – or  “perspective militaire” – has been widely used by artists since the Middle Ages, to represent landscapes. (2) The vertical perspective or bird’s eye view characterizes the more modern and scientific representation of Earth.  These two subsequents views of the same map capture the passage from a classic to a more modern perspective in cartography.

    Cinematic Map in M - Vertical perspective

  • The presence of the compass symbolizes the importance of geometry in the history of cartography and its uses to explore and map the world. The compass appears in many paintings of the 17th century related to geography, including the famous “The geographer” from Vermeer (1668-1669). The presence of the compass in the shot emphasizes the idea of a hand-drawn map. But the hand holding the compass is never visible in the shot. In other words, the compass seems to draw the circles mechanically instead of manually. In this sense, the map is no longer totally drawn by hand. It is already automated and this alludes to a more “modern” notion of cartography.

This is the first reason this map can be considered as one of the first modern maps:

  • According to Michael Goodchild, “the most straightforward objective of digital technology is the emulation of manual methods, to the point where the two products are indistinguishable” (Goodchild, 1988: 317). This map is made both manually and automatically which represents a turning point between hand-made classical cartography and machine rendered digital cartography;
  • This map integrates a new media: sound. The use of synchronized sound in cinema only became fully operational in 1928 and common by 1930. M is the first synch-sound film by Fritz Lang and this cinematic map of 1931 may well have been the first audio-visual map ever made;
  • This map is no longer about a journey – like most of the cinematic maps of that time – but about measurement and spatial analysis. The circles created with the compass symbolize the creation of what is called in GIS language “buffer zones.” Even if we know that spatial measurement existed long before the appearance of GIS, this map suggests the early existence of analytical processes.

Overall, this cinematic map can be considered a turning point between classical and “modern” cartography as the it conceptualizes many of the functions of contemporary digital cartography.

Note: This entry is based on ideas developed in the following paper: Caquard S. 2009. « Foreshadowing Contemporary Digital Cartography: A Historical Review of Cinematic Maps in Films », The Cartographic Journal 46 (1): 46-55.

Français

Cette carte fait plusieurs allusions aux techniques cartographiques classiques:

  • Deux angles ont été utilisés pour filmer cette carte. Ces deux angles reproduisent les deux perspectives qui ont dominé l’histoire de la cartographie: (1) la perspective oblique – ou  “perspective militaire” – a été largement utilisée par les artistes depuis le Moyen-âge pour la représentation de paysages. (2) La perspective verticale caractérise une représentation plus moderne et plus scientifique de la représentation terrestre. Ces deux perspectives successives matérialisent le passage d’une approche classique à une approche moderne de la cartographie;
  • La présence du compas symbolise aussi l’importance de la géométrie en cartographie. Le compas apparaît dans de nombreuses toiles du 17ème siècle se référant à la géographie, comme le fameux « Géographe » de Vermeer (1668-1669). La présence du compas illustre l’idée d’une carte dessinée à la main. Mais cette main n’est jamais visible à l’écran. C’est un peu comme si le compas semblait dessiner les cercles de manière mécanique plutôt que manuelle. De ce point de vue la carte n’est plus totalement dessinée à la main. Elle est déjà automatisée et fait déjà référence à une conception plus moderne de la cartographie.

C’est la première raison qui nous amène à considérer cette carte comme une anticipation des cartes numériques contemporaines:

  • D’après Michael Goodchild, “l’objectif le plus évident des technologies numériques est l’émulation des méthodes manuelles jusqu’à ce que les deux produits deviennent indifférentiables » (Goodchild, 1988: 317). Cette carte, à la fois manuelle et automatisée, représente donc un tournant entre la cartographie classique à la main et la cartographie moderne automatisée;
  • Cette carte intègre un nouveau média: le son. L’utilisation du son au cinéma ne devient véritablement opérationnelle qu’en 1928 et commune en 1930.  M est le premier film sonore de Fritz Lang et cette carte cinématique de 1931 est certainement une des premières cartes audio-visuelles jamais réalisées;
  • Cette carte ne représente plus un trajet – comme la plupart des cartes cinématiques de l’époque – mais une analyse spatiale. Les cercles réalisés à l’aide du compas symbolisent la création de ce que l’on appelle des « zones tampons » dans le langage SIG. Même si l’on sait que ce type d’analyse spatiale de base existait bien avant l’apparition des SIG, cette carte matérialise le développement des processus analytiques qui feront le succès des SIG plusieurs décennies plus tard.

Cette carte cinématique peut donc être considérée comme un tournant dans le passage de la cartographie classique à la cartographie « moderne ».

Note: Ce billet reprend des idées développées dans l’article suivant: Caquard S. 2009. « Foreshadowing Contemporary Digital Cartography: A Historical Review of Cinematic Maps in Films », The Cartographic Journal 46 (1): 46-55.

Reference/Référence

  • Work Title/Titre de l’oeuvre: M
  • Author/Auteur : Fritz Lang
  • Year/Année : 1931
  • Field/Domaine : Cinema / Cinéma
  • Type :
  • Edition :
  • Language/Langue: German
    • Machinery/Dispositif : Cinematic map / Carte cinématique
    • Location in work/localisation dans l’œuvre : First third of the movie / Premier tiers du film
    • Geographical location/localisation géographique : Berlin, Germany
    • Remarks/Notes :A  specific neighborhood) of Berlin/ un quartier spécifique de Berlin

4 réflexions sur “M (Fritz Lang 1931): Murder and Modern Mapping

  1. Pingback: Metropolis : at the Origin of Modern Urban Imagination / A la source de l’imaginaire urbain moderne « (e)space & fiction

  2. Pingback: Metropolis : at the Origin of Modern Urban Imagination / A la source de l’imaginaire urbain moderne « (e)space & fiction

  3. Pingback: Des plans sur des cartes sur des bandes « (e)space & fiction

  4. Pingback: The Affected Area | That Last Landscape

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s