Dogville: Closed space/Espace clos

The film Dogville directed by Lars Von Trier (2003) takes literally place on a map. The action unfolds in a small town in the U.S. The houses are drawn on the ground, some elements are represented by symbols (e.g. some bushes), and the names of the streets are written on the ground. Only few pieces of furniture are added to this cartographic representation. The dreams and nightmares of the a 1:1 scale map described by Borges, Lewis Caroll and others are materialized here for the best and worst of Grace (Nicole Kidman), who will find herself trapped in this cartographic space…

Le film Dogville réalisé par Lars Von Trier en 2003 se déroule littéralement sur une carte. L’action se passe en effet dans une petite ville des États-Unis, dans laquelle les murs des maisons ont été remplacés par leurs marques au sol, certains éléments sont matérialisés par des symboles (ex. Les arbustes) et les noms des rues sont eux aussi écrits au sol. Seuls quelques meubles ont été ajoutés à cette représentation cartographique. Les rêves et cauchemars générés par l’idée de la carte à l’échelle 1:1 tels que décrits par Borges, Lewis Caroll et bien d’autres sont matérialisés ici pour le meilleur et pour le pire de Grace (Nicole Kidman) l’héroïne du film, qui va se retrouver prisonnière de cet espace cartographique…

 Read more / Lire la suite

English Français Reference

English

By entering the town / map, Grace escapes her followers: The closed space of the town/map becomes a loophole. In this space disconnected from the rest of the world, Grace is now in security. But quickly she will start to feel trapped in this environment. This closed space turns into a nightmare as she is slowly becoming the slave of the entire community. It is a bit like if the frame of map was materializing the limits of an autonomous society disconnected from the rest of the world. The map metaphor to represent this type of space works perfectly. The map frame represents the limits of the existing. What is outside of the map does not really exist. In cinema, the link between what is in the frame and what is outside of the frame is made by the off-screen ("hors-champ"). In cartography few techniques exist (e.g. inset map, text), but the connection is usually not that obvious between what is inside the map and what is outside. Often the map works as a whole entity by itself, not as a fragment of the world (although the situation is different for atlases). The reconnection with the rest of the world will finally happen in Dogville when the followers will enter the map/city at the end of the movie. The idea of a closed, finished and static space conveyed by this map and by many others will then appear to being just an illusion; one more cartographic illusion.

Here is what Von Trier was saying about the spatiality of his movie (Link to the interview):

Kapla: What prompted you to choose this bare symbolic form?
von Trier: I came upon it while I was fishing—I don’t know why it happened just then. The story is about a town, and you can see a town as a map. So I thought, why not make the film in that way. So, I’ve painted the buildings on the ground.
We found that this concept has many advantages. For example, as there are only symbolic walls, we can see through them and follow what other townspeople are doing all the time. We concentrate on the characters completely, as there are so few other elements involved. When you have seen the film, you should know more about the town than if the film had been shot in a real town. The idea is that the town should take form in the audience’s imagination.
Kapla: When I saw the map of Dogville you had drawn, in Peter Aalbaek Jensen’s office, I thought of Tolkien. In his books he was very particular about the maps of his ficticious countries.
von Trier: I’ve never read Tolkien. I know that many people are very enthusiastic about him, but he was not a source of inspiration. However, there is another source, and that is the film of the Royal Shakespeare Company’s production of Nicholas Nickleby. It was a long performance that was very stylized and was very interesting. It was a great experience for me in the ’70s.

Français

En entrant dans la ville/carte, Grace échappe à ses poursuivants : l’espace fermé de la carte/ville lui sert d’échappatoire. Dans cet espace déconnecté du reste du monde (la carte est ici une entité à part entière finie, tout comme la ville qui fonctionne quasiment en autarcie), Grace se retrouve en sécurité.  Mais cet espace va rapidement se refermer sur elle et se révéler oppressant, voire carcéral. Grace est désormais coincée dans cette ville/carte où elle devient peu à peu l’esclave de ses habitants. C’est un peu comme si le cadre de la carte marquait les limites d’une société autonome dissociée du reste du monde. La métaphore de la carte pour représenter cet espace fonctionne à merveille. Le cadre de la carte définit les limites de ce qui doit être représenté, de ce qui existe. Ce qui est en dehors de la carte n’existe pas ou si peu; les éléments situés au sein de la carte interagissent entre eux, mais pas avec le reste du monde. Au cinéma la connexion entre ce qui se trouve dans le cadre/champ et ce qui ne s’y trouve pas se fait par l’intermédiaire du hors champ. En cartographie, on peut utiliser une cartouche ou un texte, mais la connexion est généralement beaucoup moins évidente. Cet isolement et la possibilité même d’un espace fini et indépendant du reste du monde matérialisé par les limites de la carte va finalement se révéler illusoire. Les poursuivants de Grace vont finir par entrer dans cette carte/ville et reconnecter ainsi la carte, la ville et Grace au reste du monde. L’idée d’un espace clos, fini et statique véhiculée par cette carte et beaucoup d’autres n’était en fait qu’une illusion cartographique de plus.

Reference/Référence

  • Work Title/Titre de l’oeuvre: Dogville
  • Author/Auteur : Lars Von Trier
  • Year/Année : 2003
  • Field/Domaine : Cinema / Cinéma
  • Type : Drama / Drame
  • Edition : Zentropa Entertainments
  • Language/Langue: English
    • Machinery/Dispositif : Town materialized as a map / Ville représentée sous forme de carte
    • Location in work/localisation dans l’œuvre : Throughout the entire movie / Toute la durée du film
    • Geographical location/localisation géographique : Rocky Mountains, USA
About these ads
  1. Macha
    12 février 2012 à 20:06 | #1

    lire : voilà !

    A voir absolument !

  2. Macha
    12 février 2012 à 20:02 | #2

    jVoilà un film superbement original, sur les tocs de notre société
    et d’un labyrinthe ingénu pour le spectateur ! surprenant ! déroutant !

  1. 15 février 2011 à 21:57 | #1
  2. 17 avril 2011 à 12:30 | #2
  3. 4 mai 2011 à 10:50 | #3
  4. 8 août 2012 à 22:31 | #4
  5. 29 octobre 2013 à 09:37 | #5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 277 followers