Archive

Archive for the ‘Painting/Peinture’ Category

"La Carte de Tendre " : un exemple des cartes allégoriques du pays de l’amour / Allegorical Maps of the Country of Love

3 février 2014 Poster un commentaire
Carte_de_Tendre_pf
Carte de Tendre de François Chauveau dans Clélie, Histoire romaine, première partie de Madeleine de Scudéry, Paris, Augustin Courbé, 1654, © BnF

La Carte de Tendre is a map of an imaginary country called Tendre, imagined by Madeleine de Scudéry in her novel Clélie, histoire romaine, published in 10 volumes from 1654 to 1660. This work is an example of allegorical maps of love, "a genre advocating f analysis and discourse of feeling. It is a baroque literary style, with large vocabulary, refinement of feeling and importance of inwardness" (source Wikipedia).

La Carte de Tendre (souvent baptisée par erreur Carte du Tendre) est la carte d’un pays imaginaire appelé Tendre, imaginé par Madeleine de Scudéry dans son roman Clélie, histoire romaine, publié en 10 volumes de 1654 à 1660 (disponible en Folio, 2006). Cette œuvre est un exemple des cartes allégoriques de l’amour, "un genre prônant le sentiment, son analyse et son discours. Il possède un style littéraire baroque, un vocabulaire élevé, un raffinement du sentiment et une importance de l’intériorité" (source Wikipedia)

Read more / Lire la suite

Immortel (ad Vitam) : les espaces d’une dictature à New-York en 2095/ New York dictatorship’s space in 2095

21 novembre 2013 2 commentaires
Affiche du film

Affiche du film

"Immortel (Ad Vitam)" is a French sci-fi movie directed in 2004 by Enki Bilal, designer of world famous comics. It is one of three films directed by Enki Bilal, all directly inspired by his works, the atmosphere that emerges and their imaginary geographies. The stories all take place in a more or less distant future, they  rely on spaces that already exist today, by adding "layers" coming straight from the imagination of the author. In Enki Bilal’s spaces, we can also recognize the influences or borrowing major works of science fiction cinema, especially those that have staged spaces of dictatorships.

"Immortel (ad Vitam)" est un film de science-fiction français réalisé en 2004 par Enki Bilal, dessinateur de bandes dessinées mondialement connu. Il s’agit de l’un des trois films réalisés par Enki Bilal, tous directement inspirés de ses œuvres, de l’atmosphère qui s’en dégage et de leurs géographies imaginaires. Les histoires ont toutes lieu dans un avenir plus ou moins lointain, elles s’appuient sur des espaces qui existent déjà aujourd’hui, en leur ajoutant des "couches" tout droit issues de l’imagination de leur auteur. Dans les espaces d’Enki Bilal, on peut aussi reconnaître les influences voire les emprunts à des œuvres majeures du cinéma de science-fiction, notamment celles qui ont mis en scène des espaces de dictatures.

Read more / Lire la suite

Exposition "MAPPAMUNDI. Art et Cartographie", Toulon/ Exhibition "MAPPAMUNDI. Art & Cartography"

29 août 2013 1 commentaire
Affiche de l'exposition MAPPAMUNDI. Art et cartographie

Affiche de l’exposition MAPPAMUNDI. Art & Cartographie

From 16 March to 12 May 2013, hold at the Hotel des Arts in Toulon, the exhibition "Mappamundi. Art & Cartography". This exhibition proposed to address the many and multiple links between arts and mapping through twenty six major artists who have "worked the map and questioned mapping" for forty years.

Du 16 mars au 12 mai 2013, s’est tenue à l’Hôtel des Arts à Toulon, l’exposition "MAPPAMUNDI. Art & Cartographie". Cette exposition proposait d’aborder les liens nombreux et multiples qui existent entre  l’art et la cartographie, à travers vingt-six artistes majeurs qui ont "travaillé la carte et interrogé la représentation cartographique" depuis une quarantaine d’années.

Read more / Lire la suite

Exposition "Les Macchiaioli 1850-1874. Des impressionnistes italiens ?"/ Exhibition "The Macchiaioli 1850-1874. Italian Impressionists?"

9 juillet 2013 Poster un commentaire

The exhibition "Macchiaoli 1850-1874. Italian impressionist?" which held at the Orangerie Museum in Paris from 10 April to 22 July 2013, offers to see the influence that some representatives of this Italian art movement had  on filmmakers, especially for the representation of landscapes. The pictorial movement Macchioioli developed in Florence during the second half of the nineteenth century. Film directors like Luchino Visconti and Mauro Bolognini explicitly refered to the movement of Macchiaoli among their artistic influences.

L’exposition "Les Macchiaioli 1850-1874. Des impressionnistes italiens ?" qui a lieu au Musée de l’Orangerie à Paris du 10 avril au 22 juillet 2013, offre à voir l’influence qu’ont eu certains représentants de ce mouvement pictural italien sur des réalisateurs de films, en particulier sur la représentation des paysages. Le mouvement pictural des Macchioioli s’est développé à Florence durant la seconde moitié du XIXe siècle. Des réalisateurs de films comme Lucchino Visconti ou Mauro Bolognini ont fait référence explicitement au mouvement des Macchiaoli parmi leurs influences artistiques.

Le terme (de l’italien macchia, en français la "tâche") est donné au début des années 1860 dans un sens péjoratif à ce groupe de peintres anti-académiques qui quelques années plus tôt revendiquèrent un renouveau vériste de la peinture italienne.  La notoriété de ce mouvement pictural, devenu presque inconnu pendant près d’un siècle,  doit beaucoup à des cinéastes italiens, en particulier à Lucchino Visconti. Ainsi dans des films Senso et Le Guépard (Palme d’Or au Festival de Cannes en 1963), l’influence des Macchiaioli sur Visconti est manifeste.  Sur le plan artistique, le cinéaste italien chercha à restituer l’ambiance des palais de l’aristocratie déclinante et celle des maisons de la bourgeoisie italienne montante du milieu du XXè siècle. On peut retrouver ces atmosphères dans des tableaux des peintres des Macchioaioli. Un extrait de Senso est d’ailleurs projeté à la fin de l’exposition.guepard_photos7 Dans Le Guépard, adaptation du roman éponyme de Tomasi di Lampedusa, Visconti eut le souci de restituer le plus fidèlement possible les combats entre garibaldiens et l’armée des Bourbons qui eureut lieu dans les années 1860, lors des guerres d’indépendance d’Italie. Le film qui se passe à Palerme et qui y fut tourné pour l’essentiel, utilisa les décors de la capitale sicilienne en masquant les éléments trop modernes. Dans les scènes de combat en particulier, le Fattoricinéaste semble avoir voulu suggérer aux spectateurs les liens entre le film et certaines peintures des Macchiaioli. Cela apparaît de façon évidente dans les scènes de bataille comme le montre l’image ci-dessus extraite du film de Visconti  et le tableau intitulé "Garibaldi à Palerme" peint par Giovanni Fattori, l’un des plus importants représentants du mouvement pictural.

Exposition Vues d’en haut / Exhibition Views from above. Centre Pompidou, Metz

Here is an exhibition of Centre Pompidou in Metz which seems specially designed for (e)space&fiction. Views from above considers how an elevated perspective, from aerial photographs or satellite images, has transformed artists’ perception of the world since the mid-nineteenth century. A gold mine of images and ideas we have to visit later in details.

L’exposition du Centre Pompidou à Metz semble faite spécialement pour (e)space&fiction. Vues d’en haut illustre comment la vue d’en haut par photographie aérienne ou satellite a influencé les artistes depuis le milieu du XIXème siècle. Une mine d’images et d’idées sur laquelle on reviendra.
Image : Robert Delaunay, Tour Eiffel et Jardin du Champs de Mars, 1922.
© Hirshhorn Museum and Sculpture Garden

L’abstraction géographique de Mondrian / Mondrian’s geographic abstraction

mondrian_nyc

New York City I (1942). Mondrian. Paris, musée national d’Art moderne – Centre Georges Pompidou.

Piet Mondrian (1872-1944), pioneer of abstract painting, is not in theory an artist inclined to evoke real places in his works. Since 1913 and the discovery of cubism in Paris, Mondrian has made it a goal to find out a visual language for reporting the abstract reality behind the natural one and looking for the essence beyond the material and visible world (Wikipedia). This language is based on geometric rectangular shapes in primary colors crossed by black lines. His paintings have abstract titles like Composition with red, yellow and blue or Composition No. 7. After he fled from Europe to New York in 1940, he incorporated in the titles of his new pictures many real place names: New York City, Trafalgar Square, Place de la Concorde, Broadway Boogie-Woogie. Is it possible to speak of a geographical turn of Mondrian in New York ?

Ce n’est pas a priori de Piet Mondrian (1872-1944), pionnier et tenant inflexible de l’abstraction, qu’on attendait qu’il évoque des lieux réels dans sa peinture. De fait, depuis 1913 et sa rencontre avec le cubisme à Paris, Mondrian s’est donné comme objectif l’invention d’un langage pictural permettant de rendre compte de la réalité abstraite derrière la réalité matérielle, de chercher au delà du naturel visible son essence (wikipédia). Ce langage est fondé sur des formes géométriques rectangulaires aux couleurs primaires croisées par des lignes noires. Pourtant, quand il fuit l’Europe en 1940 pour New-York, ses toiles qui portaient des titres abstraits comme Composition avec rouge, jaune et bleu ou Composition n°7 renouent avec des noms de lieu : New York City, Trafalgar SquarePlace de la ConcordeBroadway Boogie-Woogie. Peut-on parler alors d’un tournant géographique de Mondrian à cette époque ?

Read more / Lire la suite

Edward Hopper / Gail Albert Halaban. Gloucester revisited

gail-albert-halaban-1The big Grand Palais Hopper’s exhibition in Paris is closing tonight. It is an opportunity to publish a post somewhere between news, spatial machinery and materialization of fiction. The New-York Time magazine  published in July 2012 – and le Monde in September 2012- wrote about the work of the photographer Gail Albert Halaban. In this resort located to the north of Boston the painter has executed some of his paintings in the 20s. 80 years later the photographer followed in Hopper’s footsteps by taking pictures in the same place with the same framing.

233624299390936742_YWGTpXG0_bLa fin de la grande exposition Hopper ce soir au Grand-Palais à Paris est l’occasion d’un billet qui dépasse un flash d’info et hybride dispositif spatial et matérialisation de la fiction. Un article de juillet 2012 dans le magazine du New-York Time repris par celui du Monde en septembre évoquaient le travail de la photographe Gail Albert Halaban sur les traces de Hopper à Gloucester. C’est dans cette station balnéaire au nord de Boston que le peintre américain a exécuté certaines de ses œuvres dans les années 20. 80 ans plus tard la photographe a repris ses cadrages dans ses clichés

Read more / Lire la suite

"Carte certifiée conforme à notre imagination". La géographie parallèle de Marc Jurt et Michel Butor

9 septembre 2012 1 commentaire

M. Jurt et M. Butor. La révélation du saphir

In 1994 and 1995, the artist and engraver Marc Jurt and the writer Michel Butor initiated an artistic collaboration inspired by maps; all kind of maps : city maps or aerial photographs, world maps or topographic maps, aeronautical maps or meteorological maps. Marc Jurt started with geographical documents and  juxtaposed or superimposed  engravings or paintings to it. Then, Michel Butor handwrited the texts and gave a title to the result. The complete work is called Géographie parallèle (Parallel Geography) and is composed of 50 prints on paper. Each is a wonderful and disturbing journey into a different world, familiar through the landscape, the shapes and names on the maps and yet completely different, as crossed-out, folded, distorted. Géographie parallèle is still visible until 14/10/2012 at Musée de l’imprimerie in Lyon.

En 1994 et 1995, l’artiste et graveur Marc Jurt et l’écrivain Michel Butor ont travaillé à quatre mains à une œuvre inspirée par les cartes, tous les types de carte : plans de ville ou vues aériennes, mappemondes ou cartes topographiques, cartes aéronautiques ou météorologiques. Marc Jurt part des documents géographiques entiers ou en fragments et leur juxtapose ou superpose des gravures ou des peintures, sur lesquelles Michel Butor écrit à la main un texte et donne un titre. L’œuvre  complète s’appelle Géographie Parallèle et comprend 50 estampes sur papier.  Chacune est un merveilleux et inquiétant voyage dans un monde différent, proche par les  paysages, les plans et les noms de lieux que l’on reconnaît au passage, et tout autre, biffé, zébré, plié (lire le joli texte de Nadja Pobel Le dessus des cartes dans le Petit Bulletin). Géographie parallèle est encore visible jusqu’au au 14/10/2012 au Musée de l’imprimerie à Lyon. 

Read more / Lire la suite

The Geographical Timelines of Matthew Cusick

Course of Empire (Mixmaster 1), 2003 Matthew Cusick

Matthiew Cusick is an American artist born in New York in 1970 and currently working in Dallas. Among other techniques he uses acrylic with inlaid map fragments  from different kinds : school atlases, topographic maps or road maps. He also simply sticks maps as overlaid layers. He composes beautiful landscapes viewed from above or at eye level and magnificent portraits.

Matthiew Cusick est un artiste américain né à New-York en 1970 et qui travaille actuellement à Dallas. Il pratique entre autres techniques la peinture acrylique avec incrustation de fragments de cartes d’origine variée : atlas scolaires, cartes topographiques ou routières ou simplement le collage de ces cartes comme autant de couches superposées . Il compose ainsi de superbes  paysages vue du dessus ou à hauteur d’homme et de magnifiques portraits.
Read more / Lire la suite

Some news from Mona Lisa / Des nouvelles de la Joconde

8 février 2012 2 commentaires

La Croix and many other newspapers mentioned the discovery that the copy of the Mona Lisa in the Prado Museum in Madrid is older than it was previously thought and was painted in Da Vinci’s workshop itself. It appears the painting is contemporary with the original,and could be a preparatory study for Leonardo’s Mona Lisa. After restoration,the painting has regained its original colors and it could thus give a good idea of the Mona Lisa’s original appearance. It can therefore be used to test the hypothesis of the inversion of the landscape in the Mona Lisa, which seems rather confirmed, as you can see by yourself.

La Croix et de nombreux autres journaux se sont fait l’écho de la découverte que la copie de La Joconde du Musée du Prado à Madrid est plus ancienne qu’on ne le croyait et sortirait de l’atelier même de de Vinci. Contemporaine de l’originale, elle pourrait en constituer une étude préparatoire. Le tableau vient d’être restauré et aurait retrouvé ses couleurs d’origine. Il donnerait donc une idée assez fidèle de l’apparence originelle de la Joconde. On peut donc s’en servir pour évaluer l’hypothèse de l’inversion du paysage dans La Joconde, qui semble plutôt confortée. Qu’on en juge.

Le monde physique

In extremis, une invitation pour l’exposition Le monde physique  avec des œuvres  inspirées de données ou cartes  géologiques,  climatologiques … Centre d’Art contemporain La Galerie à Noisy-le-Sec. Attention cela se termine le samedi 23 avril.

Elective Affinities / Affinités électives – Taviani

27 février 2011 Poster un commentaire
Maquette et plan

Maquette et plan / Model and map

Elective Affinities (1996) is a movie directed by Paolo and Vittorio Taviani based on the novel by Johann Wolfgang von Goethe. Edouard (Jean-Hugues Anglade) and Charlotte (Isabelle Huppert), a couple of aristocrats, invited a childhood friend of Edouard (Fabrizio Bentivoglio) to join them in their villa in Tuscany. This friend is an architect. In the first part of the film he redevelops the area. He uses a theodolite to survey the field, draws a plan and builds a model.

Les Affinités électives (Le Affinità elettive) est un film de Paolo et Vittorio Taviani réalisé en 1996 d’après le roman de Johann Wolfgang von Goethe. Edouard (Jean-Hugues Anglade) et Charlotte (Isabelle Huppert), un couple d’aristocrates, invitent un ami d’enfance d’Edouard (Fabrizio Bentivoglio) à les rejoindre dans leur villa en Toscane. Cet ami architecte va dans la première partie du film réaménager le domaine. Pour cela, il utilise un théodolite pour arpenter le terrain, dessine un plan et construit une maquette.

References / Références

Antoine, the Little Prince is back! / Le Petit Prince revient!

18 janvier 2011 1 commentaire

Fresque des Lyonnais célèbres (détail), Lyon

The Little Prince created by Saint-Exupery has become a universal character. Translated into more than 200 languages, the poetic and philosophical tale written by the French aviator touches the hearts of people all around the world. Were you aware he left his planet to materialize on the Earth ? Do you want to know where and why?

Le Petit Prince de Saint-Exupéry est devenu un personnage universel. Traduit en plus de 200 langues, le conte poético-philosophique de l’aviateur français atteint visiblement quelque chose de profondément ancré chez tous les hommes. Il semblerait bien qu’il ait quitté sa planète pour se matérialiser sur la nôtre. Mais où précisément et pourquoi?

Read more / Lire la suite

The Amazing Secret Map of Mona Lisa / L’étonnant secret cartographique de la Joconde

Everybody knows or thinks he knows Mona Lisa, the most famous painting in the world. But it is also a mysterious work that has given rise to many rumors and speculations. We propose here an original interpretation that considers the painting as a sophisticated spatial and cartographic arrangement. We first build our reasoning upon an idea advanced by the art historian Daniel Arasse. The landscape behind Mona Lisa can be related to the maps of the Toscany Leonardo da Vinci drew some years before he painted Mona Lisa. This fact can be related to the surprising observation made by three bloggers from Quebec, Hugo et René Lessard et Hélène Desy, who convincingly demonstrate that the strange and chaotic landscape situated behind Mona Lisa can be joined seamlessly by the opposite sides of the painting. Accordingly, the landscape in the center becomes perfectly identifiable. But the mystery get thicker. The painting presents now two faces and, as you will read below, two landscapes that symbolize the time passing by …

Chacun connaît ou croit connaître La Joconde, le tableau le plus célèbre au monde. Mais c"est aussi une œuvre mystérieuse qui a fait naître de nombreuses rumeurs et spéculations. Nous proposons ici une interprétation originale qui envisage ce tableau comme un dispositif spatial et cartographique sophistiqué. Nous nous appuyons d’abord sur l’idée avancée par l’historien de l’art Daniel Arasse selon qui le paysage de la Joconde doit être rapproché des travaux cartographiques que Léonard de Vinci réalisa quelques années avant La Joconde. Et nous reprenons l’étonnante observation faite par trois internautes québécois, Hugo et René Lessard et Hélène Désy qui montrent de manière convaincante que le paysage étrange et chaotique situé derrière la Joconde se raccorde par les côtés opposés du tableau. Dès lors, le paysage au centre devient identifiable, mais du coup, le mystère du tableau s’épaissit. Il présente maintenant deux visages mais aussi, comme vous pourrez le lire ci-dessous, deux paysages reliés par le temps qui passe…

Read more / Lire la suite

Fantastic Mr Fox – Wes Anderson

Fantastic Mr Fox is a great animated film by Wes Anderson. It incorporates several space machineries, mostly master plans and battle plans. One of them takes the form of an animated map. The most original is certainly the picture painted by Felicity Fox to support the fight of "wild animals" against evil farmers. She uses it to locate the feat in battle, the buildings blown up, etc.  The painting is realistic since it faithfully represents the fantasy world and the amazing perspective adopted by the film. But it also evokes the traditional oil paintings representing the general view of a city thet one can fin in museums. This is an example of a successful mise en abymes, that illustrates the extraordinary graphic virtuosity of the movie. The reality of the imaginary world of Wes Anderson is enhanced by its representation within the movie.

Fantastic Mr Fox, superbe film d’animation de Wes Anderson, intègre plusieurs dispositifs spatiaux, pour la plupart de type plan de bataille ou plan d’action. L’un d’entre eux prend d’ailleurs la forme d’une carte animée. Le plus original de ces dispositifs est certainement le tableau peint par Felicity Fox pour accompagner l’action menée par les "animaux sauvages" contre les infâmes fermiers. Elle y marque les faits d’arme, les bâtiments dynamités, etc.. Le tableau est de facture réaliste en ce sens qu’il représente fidèlement le monde fantaisiste et les perspectives improbables du film. Mais il évoque aussi les tableaux présentant les vues générales de cités de l’époque classique, que l’on trouve dans les musées. C’est un exemple de mise en abymes réussie et une illustration de la virtuosité plastique du film. La réalité du monde imaginaire de Wes Anderson est renforcée par sa représentation à l’intérieur même du film.

Read more / Lire la suite

Max Ernst, a Facetious Cartographer / un cartographe facétieux

7 décembre 2009 1 commentaire

Max Ernst. Le Jardin de la France.1962. Huile sur bois (144x168). Musée National d'Art Moderne, Paris, France.

"Le Jardin de la France" (The Garden of France)  is one of the most famous Max Ernst’s paintings. It depicts a woman’s body lying between sandbanks and islands near the confluence of Indre and  Loire rivers. The work is fully representative of surrealism by the collage of different elements of reality that creates this feeling of  "merveilleux",  so dear to the poet André Breton. It is also a well-known example of map reference in painting. But if  you look carefully, the artist is having  fun with maps.

"Le jardin de la France"  est un des plus célèbres tableaux de  Max Ernst.  Il met en scène un corps de  femme allongé entre îles et bancs de sable à la confluence de l’Indre et de la Loire. L’œuvre  est parfaitement représentative du surréalisme par le collage de différents éléments de réalité qui fait naître ce sentiment de "merveilleux", cher au poète André Breton. C’est aussi un exemple souvent cité de référence cartographique dans la peinture. Mais, quand on y regarde bien, on voit que l’artiste s’amuse un peu avec la carte.
Read more / Lire la suite

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 314 autres abonnés