Accueil > Analysis/Analyses, Art, Flash info, Maps/Cartes, Models/Maquettes, News/Nouvelles, Relief map, Techniques, Works/Oeuvres > "La fille de l’horoscope" : une oeuvre surréaliste et "étrange" de Marcel Jean/ "La fille de l’horoscope": a surrealist and strange work of Marcel Jean

"La fille de l’horoscope" : une oeuvre surréaliste et "étrange" de Marcel Jean/ "La fille de l’horoscope": a surrealist and strange work of Marcel Jean

Affiche de l'exposition "Le surréalisme et l'objet" © Service de la documentation photographique du MNAM - Centre Pompidou, MNAM-CCI (diffusion RMN). Oeuvre photographiée sur l'affiche : Meret Oppenheim: «Ma gouvernante», 1936 (détail). © Moderna Museet, Stockholm, © Adagp, Paris 2013, photo: Moderna Museet, Stockholm/Prallan Allsten

Affiche de l’exposition "Le surréalisme et l’objet" © Service de la documentation photographique du MNAM – Centre Pompidou, MNAM-CCI (diffusion RMN).
Œuvre photographiée sur l’affiche : Meret Oppenheim: "Ma gouvernante", 1936 (détail). © Moderna Museet, Stockholm, © Adagp, Paris 2013, photo: Moderna Museet, Stockholm/Prallan Allsten

The exhibition "Le Surréalisme et l’objet", which takes place at the Centre Pompidou in Paris from 30 October 2013 to 3 March 2014, reveals, among others, a work by Marcel Jean entitled "La fille de l’horoscope" from 1970. This is a small model (38.5 x 22 x 15.5 cm), such as larger used in sewing, the artist made ​​of cardboard, wood and at the top of which he added a watch. The artist painted this model on a map view of the sky a set of maritime zones and islands whose forms seem to marry those we imagine this skeleton inside the "object model", made and strangely "humanized". Born in 1900 in La Charite-sur-Loire and died in 1983 at Louveciennes, Jean Marcel was a prolific artist, member of the Surrealist group in 1932 and the "Association of Revolutionary Writers and Artists" (AEAR). He "left a varied work made ​​of paintings, etchings, decals, graphic games, board cut, correspondence, costumes, writing, medals, photographs, puzzles, furniture which is essentially at the Musée national d’art moderne de Paris. "

L’exposition "Le Surréalisme et l’objet", qui a lieu au centre Pompidou à Paris du 30 octobre 2013 au 3 mars 2014, permet de découvrir, entre autres, une œuvre de Marcel Jean intitulée "La fille de l’horoscope" datant de 1970. Il s’agit d’un petit mannequin (38,5 x 22 x 15,5 cm), comme ceux de taille plus grande utilisés en couture, que l’artiste a fabriqué en carton et bois, et auquel il ajouta au sommet une montre . L’artiste a peint sur ce mannequin une carte vue du ciel d’un ensemble de zones maritimes et d’îles dont les formes semblent épouser celles du squelette qu’on imagine présent à l’intérieur de l’"objet mannequin", rendu ainsi étrangement "humanisé". Né en 1900 à La Charité-sur-Loire et décédé en 1983 à Louveciennes, Marcel Jean fut un artiste prolixe, membre en 1932 du groupe surréaliste et de l’Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires (AEAR). Il "a laissé une œuvre variée faite de toiles, jeux graphiques, cartons découpés, correspondances, costumes, écrits, médailles, photographies, rébus, mobilier qui se trouve pour l’essentiel au Musée national d’art moderne de Paris".

English Français

English

Sorry, no translation yet. Ready to give a hand ? Anyway, give a look to this automatic Google translation to get an idea of the content.

Français

"La fille de l'horloge" de Marcel Jean
"La fille de l’horoscope" de Marcel Jean (© Service de la documentation photographique du MNAM – Centre Pompidou, MNAM-CCI (diffusion RMN), © Marcel Jean)

Les terres peintes par Marcel Jean sur le mannequin ressemblent à des cartes topographiques de régions littorales. Elles donnent au mannequin une sorte de dimension  intérieure qu’on peut imaginer animée par une vie biologique et spirituelle.  La forme des terres émergées épousent parfaitement les principaux ossements d’un squelette de l’être humain, modélisé par le mannequin. La cage thoracique, le bassin, les hanches, la colonne vertébrale, etc. tout un ensemble d’éléments du squelette sont représentés. Ils nous apparaissent comme sur une radiographie aux rayons X d’un être humain, qu’on pourrait croire encore vivant…ou déjà mort.

Le dessin des éléments  de la cage thoracique peut aussi faire penser à un scorpion, figure célèbre de l’horoscope, qui remonte vers le cou de l’être humain qu’on peut penser être celui d’une fille en raison du titre de l’œuvre… et des formes du mannequin. En astrologie, le scorpion est "soit le fleuve, soit la tourbière où ce qui meurt revit. Il symbolise la fin d’un cycle et le début d’un autre, la transition. Il fait le lien entre l’origine et le cosmos".

Le temps, symbolisé par la montre située sur le cou du mannequin, renvoie le spectateur à la notion du temps qui passe et de la vie des objets car tout comme les hommes, les objets ont une "durée de vie" limitée avant, le cas échéant, de renaître comme autre objet. Cette image anthropomorphique d’une terre squelettique intérieure bordée par des eaux profondes, contribue à attribuer à cet objet, une "inquiétante étrangeté", dont la signification reste mystérieuse.

Dans le dossier pédagogique de l’exposition "Le Surréalisme et l’objet", on peut lire les explications suivantes sur l’usage fréquent des poupées et des mannequins chez les surréalistes : "Au début des années 1930, un faisceau d’événements conduit Hans Bellmer à mettre en chantier une Poupée articulée qui actualise la figure du mannequin surréaliste. À l’hiver 1932, la mère de l’artiste lui expédie une caisse contenant les jouets de son enfance : « Parmi les rêveuses dépouilles qu’enfermait la boîte merveilleuse, il y avait des poupées aux membres disjoints mêlées à d’indicibles vestiges. » Alors que Bellmer se rapproche de George Grosz, le peintre des automates dadaïstes, il découvre un opéra d’Offenbach mettant en scène les contes d’E.T.A. Hoffmann (L’Homme au sable), dans lequel apparaît la poupée Olympia. Jalon essentiel de la mannequinerie surréaliste, La Poupée de Bellmer est investie de la dimension érotique qui, du mythe de Pygmalion et du récit libertin de Bibiena (La Poupée, 1747) aux modernes poupées de silicone, est associée à ces effigies féminines. Ces mannequins activent le sentiment éminemment surréaliste (…)», inspiré à Sigmund Freud par la poupée du conte d’Hoffmann et qu’il théorise dans son ouvrage de 1919 "L’étrange étrangeté."

Reference/Référence :

  • Work Title/Titre de l’œuvre: La fille de l’horoscope
  • Author/Auteur : Marcel Jean
  • Year/Année : 1970
  • Field/Domaine : Art
  • Type :
  • Edition/Production : Musée national d’art moderne / Centre de création industrielle
  • Language/Langue :
  • Geographical location/localisation géographique : #Paris
  • Remarks/Notes:
    • Machinery/Dispositif : map painted on a small model made of cardboard and wood and with a watch
    • Location in work/localisation dans l’œuvre :
    • Geographical location/localisation géographique :
    • Remarks/Notes : Référence de l’image : 1981 CX 0240
About these ads
  1. Eric
    27 janvier 2014 à 11:05

    Merci pour ce billet. Je prévois d’aller voir l’exposition et de prendre quelques petits clichés pour compléter mes oeuvres photographiques.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 314 autres abonnés