Accueil > Analysis/Analyses, Cinema/Cinéma, Maps/Cartes, Models/Maquettes, Satellite or aerial image/Image satellitaire ou aérienne, Spatial machineries/Dispositifs spatiaux, Video > Stanley Kubrick : War Room and Space Rationality / salle de commandement et rationalité de l’espace

Stanley Kubrick : War Room and Space Rationality / salle de commandement et rationalité de l’espace

Inside the war room set of Dr Strangelove / Dans le décor de la « War Room » de Dr Folamour

Stanley Kubrick, who died in 1999, is considered as a genius film director. He made only 13 films in 46 years, mainly because of his perfectionism and because of his insistence to gather a very high level of details before beginning to make the film.  However,  he was also the writer and the producer of the majority of his movies, which allowed him to make his own choices and to take risks, as do all visionary artists. Before  becoming a film director, he began his career as a photographer who was recognized very early on, and who was attracted by relations between men and the space of their life and dreams. He was always looking for what mankind is made of and how chance may let a man fall into a good  or bad side.

Stanley Kubrick, décédé en 1999, est considéré comme un réalisateur de génie. En 46 ans, il a fait seulement 13 films, principalement en raison de son sens du perfectionnisme et du très haut niveau de détails qu’il a toujours voulu fixer avant de commencer à faire des films. Mais il était aussi scénariste et producteur de la majorité de ses films, lui permettant de faire ses propres choix et de prendre des risques comme le font tous les artistes visionnaires. Mais avant d’être un réalisateur de cinéma, il a commencé sa carrière comme photographe, reconnu très tôt et qui était attiré par les relations entre les hommes et l’espace de leur vie et de leurs rêves. Il était toujours à la recherche de ce dont est faite l’humanité et comment le hasard peut laisser tomber l’homme du côté du bien ou de celui du mal.

English Français Reference

English

Sorry, no translation yet. Ready to give a hand ? Anyway, give a look to this automatic Google translation to get an idea of the content.

Français

L’exposition consacrée par la Cinémathèque Française à Stanley Kubrick est aussi riche et dense que le fut la vie et l’œuvre de Stanley Kubrick lui-même bien qu’il ne réalisa que 13 films en 46 ans de carrière.

Parmi ses films, on a déjà évoqué ici Shining  et Dr Folamour.  C’est sur ce dernier que nous allons revenir.  Le titre complet de Dr Folamour  (« Dr Strangelove« ) est « Dr Folamour ou comment j’ai appris à ne plus m’en faire et à aimer la bombe »  (« Dr. Strangelove or How I Learned to Stop Worrying and Love the Bomb »). Ce film, réalisé en 1964, en pleine guerre froide et deux ans après la crise des missiles de Cuba, est une satire des milieux politiques et militaires des nations disposant de l’arme nucléaire. Le film montre comment les risques de guerre nucléaire peuvent être dus à des événements et des décisions totalement irrationnels et non contrôlés, parce que les militaires sont d’abord des hommes comme les autres et qu’ils ne peuvent pas échapper aux jeux du hasard, de la folie,  des contradictions et de leur attirance vers le bien ou le mal.

L’exposition montre une maquette de la « salle de guerre » déjà décrite dans l’article mentionné ci-dessus. Cette maquette, qui devait être utilisée par le réalisateur pour certains plans, ne fut finalement pas exploitée et des décors à l’échelle 1/1 furent construits pour le tournage.

Model of the set of the film/Maquette du décor du film

Model of the set of the film/Maquette du décor du film

Movie picture « Dr Folamour »/Image du film « Dr Folamour ». Copyright S. Kubrick/Columbia Pictures

Dans le film de Kubrick, on retrouve ces cartes dans le dos des acteurs. Le monde est derrière eux, ils peuvent suivre en direct les lieux de déclenchement du feu nucléaire si celui-ci intervient sur une simple décision réfléchie ou folle d’un seul homme.

La réalité des salles de commandement du monde actuel ressemble probablement peu ou prou à ces décors, car la guerre, si elle se fait sur le terrain, dans les mers et dans l’espace, continue à se décider pour l’essentiel à distance.

En explorant le site de la Maison Blanche, on peut découvrir ce qu’est la salle de commandement d’où le Président Obama supervisa et donna les ordres qui aboutirent à la mort de Ben Laden. Il s’agit de la « Situation Room » (ou SitRoom), qui fut créée en 1961 pour le Président Kennedy et réaménagée à plusieurs reprises depuis. On peut même découvrir dans cette vidéo la Situation Room, son évolution, notamment à travers quelques images d’archives de l’histoire de cette pièce où on peut constater que c’étaient des cartes murales qui servaient initialement à suivre des situations de conflits ou des opérations militaires. Aujourd’hui, toutes ces cartes sont remplacées par des écrans où sont projetées les cartes sous forme numérique et où sont retransmises les conférences vidéos avec les responsables civils et militaires des opérations en cours.

On a pu découvrir récemment quelques photos de la Situation Room lors de l’intervention de l’armée américaine qui a abouti à la mort de Ben Laden, sous les regards graves mais résolus du Président Obama et de son Etat-Major. 

Dans cette « salle de guerre », se trouvaient le Président Obama lui-même, commandant en chef des forces armées, la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton, chef du Département d’Etat en charge des Affaires Étrangères (dont on se demande si son visage exprime de la peur, de la stupeur ou de l’incompréhension face à ce qu’elle voit et entend) et une bonne partie de l’Etat Major des forces militaires et des services du renseignement.

Ce jour-là, on ne peut qu’espérer qu’il n’y avait pas de Dr Folamour dans la pièce…

Cette pièce n’a rien à voir avec la Map Room ou Salle des Cartes de la Maison Blanche qui, elle, reste une « salle historique » où trônent quelques cartes papier, notamment celles de la National Geographic Society, qui paraissent issues d’un autre temps.

Comme l’indique le texte de l’exposition à propos du premier film tourné par Stanley Kubrick en 1953 (The Seafarers), le réalisateur eut très tôt comme thème de prédilection de son œuvre « l’organisation savante et calculée des hommes dans l’espace ». Mais c’était surtout pour en montrer les limites du caractère prétendument rationnel.  Si l’homme affiche et affirme que son action est le fait de calculs et d’une pensée faite uniquement de raison, la réalité est en fait toujours bien éloignée de ce mythe de l’action rationnelle. Comment alors ne pas repenser à cette phrase d’Albert Camus dans « Le mythe de Sisyphe » paru en 1942 : « Il est toujours aisé d’être logique. Il est presque impossible d’être logique jusqu’au bout« .

En 1968,  soit quatre ans après « Dr Folamour », Stanley Kubrick réalisa un autre film lié au thème de l’espace, considéré lui aussi comme futuriste, « 2001, Odyssée de l’espace », et qui mériterait un autre billet sur ce blog.

Reference/Référence

  • Work Title/Titre de l’œuvre: Dr Strangelove…/ Dr Folamour …
  • Author/Auteur : Stanley Kubrick
  • Year/Année : 1964
  • Field/Domaine : Cinema
  • Type  :Drama
  • Edition/Production : Stanley Kubrick/Columbia Pictures
  • Language/Langue : En
  • Geographical location/localisation géographique : #The White House, Pennsylvania Avenue Northwest, Washington, DC, United States
  • Remarks/Notes :
    • Machinery/Dispositif : Images, maps / Images, cartes
    • Location in work/localisation dans l’œuvre  : None/ Sans objet
    • Geographical location/localisation géographique :
    • Remarks/Notes : Images of the war room and its large maps on the wall /Vues de la salle de guerre et de ses grandes cartes sur les murs
About these ads
  1. Pas encore de commentaire.
  1. 10 juillet 2011 à 21:48

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 319 autres abonnés