Accueil > Analysis/Analyses, Cinema/Cinéma, Maps/Cartes, Narrative/Récit > Zig-Zag – A didactical fiction / Une fiction didactique – Raoul Ruiz

Zig-Zag – A didactical fiction / Une fiction didactique – Raoul Ruiz

Le territoire et la carte sont reliés par le doigt et son ombre

As clearly described in its subtitle, the movie Zig-Zag (dir. Raul Ruiz 1980) is « a didactical fiction about cartography. » This “cine-cartographic” essay navigates between the documentary and the fiction, the map and the territory, the dream and the reality. Made in the context of the art exhibit “Cartes et figures de la terre” that took place in Paris in 1980, this short surrealist movie (22 min.)  tells the story of a man named “H” caught in the worst type of nightmare – a « didactical nightmare” – which is going to take him way beyond the limits of the map and the territory.

Comme l’indique son sous titre, le court métrage de Raul Ruiz Zig-Zag (1980), est « une fiction didactique à propos de la cartographie ». Cet essai ciné-cartographique de 22 minutes navigue entre le documentaire et la fiction, entre la carte et le territoire, entre le rêve et la réalité. Réalisé dans le contexte de l’exposition “Cartes et figures de la terre” qui s’est tenue à Paris en 1980, ce film surréaliste raconte l’histoire d’un certain « H » qui se trouve pris dans le pire type des cauchemars – le « cauchemar didactique » – qui va l’entraîner bien au-delà des limites de la carte et du territoire.

 Read more / Lire la suite

English Français Reference

English

Alors que H se dirige vers ces deux hommes, ce qui retient l’attention du spectateur se sont les deux arbres qui se situent de part et d’autre de ces personnages.

This didactical nightmare starts while H’s car just broke down in the middle of nowhere. H sees two men at a distance “who are having a picnic” (note: all translations are mine). While H is walking in their direction, two big trees located on each sides of these characters catch the attention of the audience. While the two men are barely visible above the high grass (and are not even having a picnic), the two trees reach the sky and cover most of the frame. We then understand that what is told is not exactly what is shown; We are not going to stay at the ground level for very long.

When H arrives near by the two men, he sees that they are playing a goose game (Snakes and Ladders). H is invited to play with them and then get caught into the game. Through his progression through the game, H quickly understands that each case of the game board represents a portion of the territory. H also understands that the game is constantly changing scales. He starts to play in the neighborhood, than in the city (Paris), in the country, in the continent, to end up playing at the scale of the cosmos. Two types of movements materialize these scale changes. Vertically, H moves gradually from the ground to some stairs, then the top of a church, the sky, to end up at the very end of the cosmos. Horizontally, there is also a progression in terms of means of transportation and speed of movement. H starts walking (since his car broke down), then he takes a car, a train, to end up in a plane.

The different stages of his progression are interspersed by surrealistic scenes (e.g. a divine hand roll the dices in the sky), surrealistic encounters (e.g. H met a blind person who is listening the sound map), as well as by examples of maps of all kinds, and didactical comments about cartography. These comments are made regularly by a monotonous female voice-over that offers different perspectives on maps, their functions, their histories and their complex relationships with the territory and the landscape. As she states at some points, “It appears obvious that the territory is the sum of all the maps, the result of an infinite addition. Or a contrary, the territory is what is left when we remove all the sets of lines, drawings, traces and colors which are covering it. Its existence becomes doubtful.”

“It appears obvious that the territory is the sum of all the maps, the result of an infinite addition."

Closer H gets to the end of the game (which mean going home for him), higher he gets in space and further he gets from the ground (therefore from home). By moving away from home and getting closer to the end of the universe, H discovers that in this cosmic dimension there is no time. If there is no time, there is no space, just an image of space. He concludes by affirming that the territory is dead because we cannot simultaneously be in the sky and on the earth.

In other words, H realizes that the map erases the territory, and this erasure happens at two levels. At the spatial level, above a certain elevation, the territory is transformed into a map: the map has replaced the territory which does not exist anymore. At the temporal level, le map erases the territory by fixing it in time, either passed or future (for instance in the case of prospective maps). This impossibility for the map and the territory to overlap either in time or space is tragic. As emphasized by H toward the end of the movie, “If there is no more time, there is no more space; Just this image. Everything became map. This is absolutely tragic. Tragic. We cannot be on the earth and in the sky at the same time.” The map has killed the territory.

In this inexorable elevation, there is an obvious hint to the divine perspective often associated to the cartographic perspective (the god eye view or god eye trick), as well as to the dissociation between the body – that stays on the ground in the territory – and the mind – that raises at the level of the map and of the god. The previous statement that « we cannot simultaneously be in the sky and on the earth” becomes clear: We can not be human and god at the same time. By moving away from the territory, H is getting closer to becoming divine, but while is reaching the end of the universe which is the end of the game, he wakes up and finds himself exactly where was at the beginning of the movie. As stated in the last sentence of the movie, H does not know in which dream he is waking up. The limits between the map and the territory, the dream and the reality, the fiction and the documentary, the human and the divine has yet to be defined.

Through this film, Raul Ruiz provides a provocative and philosophical perspective on the world of maps. He anticipates as well many of the ideas that will be developed few years later by critical cartographers. The visionary dimension of this movie, demonstrates if necessary, the sharp eye certain artists can have vis-à-vis the world of cartography.

This movie will be screened on July 5th, 2011 at 5:00 pm at the Palais des Congrès (Paris) (Room 243) in the context of the 25th International Cartographic Conference.


Français

Ce cauchemar didactique commence alors que K vient de tomber en panne avec sa voiture au milieu de la campagne. Il aperçoit « au loin deux hommes en train de faire un pique-nique ». Alors que H se dirige vers ces deux hommes, ce qui retient l’attention du spectateur ce sont les deux arbres qui se situent de part et d’autre de ces personnages. Ces deux arbres s’élancent majestueusement vers le ciel, alors que les deux hommes dont il est question ne dépassent guère les herbes hautes (et ne font même pas un pique-nique). On comprend dès lors que ce qui nous est dit n’est pas exactement ce qui nous est montré et que l’on ne restera pas longtemps au ras des pâquerettes.

En se rapprochant de ces deux hommes, K se rend compte qu’ils sont en train de jouer au jeu de l’oie. H est invité à se joindre à eux et se trouve dès lors prisonnier du jeu. Au fil de sa progression dans le jeu de l’oie, H se rend compte que chaque case du jeu représente une portion de territoire. Il s’aperçoit aussi que le jeu est constamment en train de changer d’échelle. H commence à jouer dans le quartier, puis dans la ville (Paris), puis dans le pays, dans le continent pour finir au niveau du cosmos. Ce changement d’échelle est matérialisé par un déplacement qui s’opère à deux niveaux. Au niveau vertical, H passe graduellement du sol, aux marches d’escaliers, puis au clocher d’une église, pour finir au fin fond du cosmos. Au niveau horizontal, il y a une progression dans les modes de transports qu’utilise H pour se déplacer. H commence à pied (puisqu’il est tombé en panne), puis il prend une voiture, un train, pour finir en avion.

Les différentes étapes de la progression de H sont entrecoupées d'exemples de cartes de toutes sortes

Les différentes étapes de la progression de H sont entrecoupées de scènes surréalistes (ex. une main divine lance les dés dans le ciel), de rencontres surréalistes (ex. avec un aveugle qui écoute la carte sonore), d’exemples de cartes de toutes sortes et d’éléments didactiques relatifs à la cartographie. Ces éléments didactiques sont introduits tout au long du récit par une voix off féminine et monocorde qui propose régulièrement différentes perspectives relatives aux cartes, à leurs fonctions, à leurs histoires et aux relations complexes qu’elles entretiennent avec le territoire et le paysage, comme par exemple : « il apparaît à l’évidence que le territoire est la somme de toutes les cartes, le résultat d’une adition infinie. Ou à contrario, le territoire est ce qui reste quand on enlève tout le tissu de lignes, dessins, traits et couleurs qui le recouvrent. Son existence devient douteuse ».

Plus H se rapproche de la fin du jeu (qui représente sa maison), plus il s’élève dans l’espace et plus il s’éloigne donc de son objectif premier : rentrer chez lui. En s’éloignant de chez lui et en se rapprochant du bout de l’univers, H découvre que dans cette dimension cosmique il n’y a pas de temps. Si il n’y a pas de temps, il ne peut pas y avoir d’espace, juste une image de l’espace. Il conclut en affirmant que le territoire est mort, puisque nous ne pouvons être en même temps dans le ciel et sur la terre. En d’autre terme H se rend compte que la carte élimine le territoire à deux niveaux. Au niveau spatial, à partir d’une certaine élévation le territoire se transforme en carte : la carte a remplacé le territoire qui n’existe donc plus. Au niveau temporel la carte supprime le territoire en le figeant dans un temps, soit passé soit futur (par exemple dans le cas des cartes prospectives). Cette impossibilité pour la carte et le territoire de se superposer que ce soit dans le temps ou l’espace est tragique. Comme le remarque H à la fin du film, « S’il n’y a plus de temps, il n’y a plus d’espace. Juste cette image. Tout est devenu carte. C’est absolument tragique. Tragique. On ne peut être sur terre et dans le ciel à la fois ». La carte a tué le territoire.

Dans cette élévation inexorable, il y a là une allusion évidente à la perspective divine à laquelle le point de vue cartographique est souvent associé, mais aussi à la dissociation du corps – qui reste dans le territoire – et de l’esprit – qui s’élève au niveau de la carte, c’est-à-dire au niveau de l’abstraction mais aussi du divin. L’affirmation selon laquelle nous ne pouvons être en même temps dans le ciel et sur la terre, signifie donc que l’homme ne peut être homme et dieu à la fois. En s’éloignant du territoire, H se rapproche d’un état divin, mais sans jamais vraiment l’atteindre puisqu’au moment même où il va atteindre le centre de l’univers qui correspond à la dernière case du jeu, il se réveille et se retrouve exactement au point de départ du film, c’est-à-dire à la case départ. Comme l’indique la dernière phrase du film, H ne sait pas dans quel rêve il va se réveiller. Les frontières entre la carte et le territoire, le rêve et la réalité, la fiction et le documentaire, l’homme et le divin restent à définir.

À travers ce film, Raul Ruiz pose donc un regard non seulement provocateur et philosophique sur les cartes, mais il anticipe aussi de nombreuses idées qui seront développées quelques années plus tard par les cartographes critiques. Le caractère visionnaire de ce film, démontre s’il était besoin, l’acuité du regard que portent certains artistes sur l’univers cartographique.

Ce film sera projeté le mardi 5 juillet 2011 à 17h au palais des congrès de Paris (salle 243) dans le cadre de la 25e Conférence Cartographique Internationale.

Grand merci à Jacques pour m’avoir fait découvrir ce petit bijou ciné-cartographique.

Reference/Référence

  • Work Title/Titre de l’œuvre: Zig-Zag. Le jeu de L’oie (une fiction didactique à propos de la cartographie)
  • Author/Auteur : Raul Ruiz
  • Year/Année : 1980
  • Field/Domaine : Cinema / Cinéma
  • Type : Short film / Court métrage
  • Edition/Production :
  • Language/Langue : French / Français
  • Geographical location/localisation géographique : Paris,  France
  • Remarks/Notes: Paris,  France, Univers
    • Machinery/Dispositif :
    • Location in work/localisation dans l’œuvre :
    • Geographical location/localisation géographique :
    • Remarks/Notes :
About these ads
  1. Fatzers
    29 janvier 2012 à 23:29

    Hi,

    thanks for a very illuminating essay which also helped me with the dialogue :)

    I loved the film – excellent visuals, great music, intriguing theme (at least as far as I was able to reconstruct with my poor French and translations of the female narrator part in Jonathan Rosenbaum’s « Mapping » article, since proper subtitles are not available)

    btw. the version I watched was 31 minutes long, which is also the duration listed on IMDb, so I’m no sure whether you talk about a cut version?

  2. TJ
    21 août 2011 à 16:54

    Charles Tesson a établi en février 1983 avec la collaboration du cinéaste une filmographie de R. Ruiz qui est parue dans le numéro spécial 345 des Cahiers du Cinéma intitulée Un cauchemar didactique (ou la tentative hardie d’établir une bio-filmographie de Raoul Ruiz). La filmographie est en forme de 2 jeux de l’oie et la case 50 du deuxième jeu est consacrée à ce film, présenté sous le titre « Le Labyrinthe du jeu de l’oie ». Il y est écrit : « A chaque coup de dés (voir case 26) on change de case et d’échelle. On commence par un quartier de Paris, puis la ville entière, la France, l’Europe, le globe finissent par entrer dans le jeu. Secrètement le Jeu de l’Oie est un remake de The Incredoble thrincking man (sic) (L’Homme qui rétrécit) de Jack Arnold. »

    Un texte qui fait le lien entre ce film et d’autres films de Raul Ruiz sur Paris :

    http://www.forumdesimages.fr/Collections/parcours/P173

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 319 autres abonnés