Green Zone – Greengrass

The stylistic innovations that made the success of the TV series 24 are now influencing movies. A very clear example is Greenzone, the movie of Paul Greengrass. It is  saturated with maps, navigation softwares, satellite images and many other representations of the space of action. Of course Green Zone is based on a true story and the movie  has more direct political references than 24. It describes the shady reasons behind the impossibility to uncover weapons of mass destruction in post-invasion Baghdad. However, the narrative and aesthetic parallels between the film and the series are very obvious.

Les innovations stylistiques qui ont fait le succès de la série télé 24 déteignent sur le cinéma. C’est très clair dans le film de Paul Greengrass, Greenzone, saturé comme la série de la Fox par les cartes, les logiciels de navigation, les images satellite et autres représentations de l’espace de l’action. Bien sûr, les références politiques du film sont plus directes que celles de 24 puisque Green Zone raconte l’impossibilité de l’armée américaine à trouver dans le Bagdad de la post-invasion les armes de destruction massive qui ont servi de prétexte fallacieux à l’intervention. Les parallèles esthétiques et scénaristiques entre le film et la série n’en sont pas moins évidents.

English Français Reference

English

There are many common points between the movie and the series. A  stocky, taciturn and efficient Matt Damon looks like a young Jack Bauer, back in the time when he was operating abroad (1).  Like Jack, Chief Warrant Officer Roy Miller tracks a man in a big city while American traitors are giving him a hard time. The search for information is central to the action and torture is used widely. However, and this is an interesting side of the movie, the situation is completely reversed in comparison to 24. In the series, Bauer and the CTU members are fighting at home foreign enemies who have invested U.S. territory with evil purpose. Commander Miller is himself the invader. He tracks his enemies on their territory for what appears to be shameful reasons. Moreover, the man he is looking for is not really a terrorist, but someone who could bring peace to the nation. This has significant consequences on the status of space representations in Green Zone compared to 24.

In 24, space is on Bauer’s side. He can rely on a better and more intimate local knowledge than his enemies. The geospatial apparatus is generally an ally of Bauer when he fights with the intruders. In Green Zone, the U.S. soldiers are permanently distant from a reality they perceive always from above through aerial views, computer screens and high-tech sensors. At the same time, the camera films Iraqi soldiers at the ground, fleeing through streets or corridors, from building to building, always at the surface of the Earth. There is a total disconnection between the  real Iraqi space and the distorted reflexion that Americans are building with their technology. In fact only Miller who goes in the field to visit sites suspected of holding weapons of mass destruction and who got caught in traffic jams in Baghdad is able to give this divided space some fragile coherence.

(1) In fact Bauer seems to have been active in Yugoslavia before working at CTU. The war in Iraq was contemporaneous with the first 24 episodes. But the idea that Green Zone could be a prequel of 24 does not leave the viewer’s mind.

Français

Matt Damon, silhouette trapue et visage carré, taiseux, impératif et efficace  semble un Jack Bauer jeune, du temps où celui-ci aurait été en opération hors du territoire US (1). Comme Jack, il doit tout faire pour retrouver un homme alors que le temps joue contre lui et que des traitres américains lui mettent des bâtons dans les roues. La recherche d’information est centrale dans l’action et la torture employée largement. Toutefois et c’est en cela que le film est intéressant, les dispositifs spatiaux sont utilisés dans un contexte complètement inversé par rapport à celui de 24. Alors que  Jack Bauer se trouve chez lui confronté à des ennemis de l’extérieur qui ont investi le sol américain, le commandant Miller est l’envahisseur venu traquer ses ennemis chez eux pour des raisons qui apparaissent progressivement inavouables. De plus, l’homme qu’il recherche n’est pas un diabolique terroriste mais celui qui pourrait organiser la paix.

Cela a des conséquences non négligeables sur le statut de la représentations de l’espace dans Green Zone comparé à 24. Dans 24 l’espace est du côté de Bauer et de la CTU. Les héros sont à domicile et peuvent s’appuyer sur une connaissance des lieux plus riche et plus intime que leurs ennemis. L’appareillage de cet espace local en systèmes géospatiaux est d’une manière générale un allié dans le combat contre les intrus. Dans Green Zone, les américains ne perçoivent la réalité qu’à distance et dans une vue surplombante, à travers des vues aériennes (plans répétitifs de survols d’hélicoptère). Leur perception du terrain se fait par l’intermédiaire de leurs écrans et de leurs capteurs de haute technologie. Dans le même temps, nous ne voyons les militaires irakiens qu’à hauteur d’homme, en train de fuir dans les rues ou dans des couloirs, de bâtiment en bâtiment. La déconnexion est totale entre les deux espaces – le réel irakien et son reflet américain déformé par la technologie. En fait, seul Miller, qui est allé sur le terrain, a fouillé des sites supposés contenir des armes de destruction massive et s’est trouvé coincé dans les embouteillages de Bagdad redonne à une cohérence fragile à cet espace scindé.

(1) En fait Bauer semble avoir été actif en Yougoslavie avant d’être à la CTU et la guerre en Irak est contemporaine des premiers épisodes de 24, mais cette idée que Green Zone serait un antépisode  de 24 ne quitte pas l’esprit du spectateur.

Reference/Référence

  • Work Title/Titre de l’oeuvre: Green Zone
  • Author/Auteur : Paul Greengrass
  • Year/Année : 2010
  • Field/Domaine : Cinema
  • Type : Action, Thriller
  • Edition : Universal Pictures
  • Language/Langue : en, others
  • Machinery/Dispositif : GPS, Navigation Device, Satellite image
  • Location in work/localisation dans l’œuvre : almost everywhere
  • Geographical location/localisation géographique : Bagdad,Iran
About these ads
  1. Pas encore de commentaire.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 320 autres abonnés